Contact

Photos

Photos du thème abordé dans ce texte
Une photo de la galerie ESPRIT des LIEUX
ESPRIT des LIEUX
Une photo de la galerie ESPRIT des LIEUX
ESPRIT des LIEUX
Une photo de la galerie ESPRIT des LIEUX
ESPRIT des LIEUX

La respiration
http://www.photographie.com/index.php?pubid=103780&pag=2&secid=1&rubid=8


Ce sont des images sur des lieux et des instants emplis de poésie et de mystère. Des lieux et des moments qui troublent, surtout de la façon dont je les ai montrés avec toute cette énergie qui passe, ce mouvement, cette explosion qui est le propre de la vie : en effet dans mes photos ça bouge quoi... ça bouge... je crois.
Ce que j'aime bien, c'est ce passage du statique au vertigineux dans le mouvement, tout ce qui peut participer et témoigner de tout ce qu'il y a à la fois d'incertain dans la vie, d'imprévisible, et de fascinant parce que c'est ça qui me tient éveillé, qui me tient aussi vivement en amour avec la vie. C'est cette surprise constante qui nous est offerte, ces cadeaux quotidiens. C'est ça que je veux faire passer dans mes images, parce que c'est ce que je ressens . Ce sont toutes ces choses très très troublantes, belles, que je croise sur mon chemin, auxquelles je suis très attentif parce que c'est ça qui me fait respirer, c'est ça qui me fait respirer à fond, jusqu'au fond de moi-même, parce que la respiration c'est quelque chose de très important. Je pense que mes images... il passe dedans une vraie respiration. D'ailleurs, en Inde il y a le même mot pour respiration, souffle et vie : c'est le même mot ! Il y a longtemps, je faisais une photographie de nu de ma compagne, j'étais sur un trépied, et avec la pose lente on voyait très légèrement le mouvement ici, se faire à la taille : à cause de la respiration, il y avait un léger mouvement qui se faisait à la taille, et ce que j'ai voulu, c'est retranscrire ça, à l'époque, dans des paysages, faire respirer les paysages, en faisant se conjuguer des images avec du mouvement et pas de mouvement. C'est-à-dire, dans la même pose, bouger et ne pas bouger.
Ne pas bouger au départ, et après bouger de différentes façons pour que justement ce mouvement-là surgisse du paysage. Et c'est ce que je continue à faire aujourd'hui, avec des mouvements en partie qui sont connus bien sûr, comme l'utilisation du zoom, mais aussi avec des mouvements de mon propre corps qui font que ça va jaillir comme ça, comme ça jaillit dans la vie.


Militant de la beauté


http://www.photographie.com/index.php?pubid=103780&secid=1&rubid=8&pag=3&serid=


J'essaye d'être un militant de la beauté. Pendant longtemps, j'ai été un militant politique. Mon engagement en tant que militant de la beauté ça veut dire : la façon dont la planète évolue, ça peut être désespérant. Mais je voudrais par mes photos contribuer à donner envie de vivre et de ne pas se sentir trop malheureux de ce qui se passe à plein de gens en leur disant que même si c'est difficile aujourd'hui, on a avec nous la beauté, la poésie, l'humour, l'amour, la créativité, et donc je suis toujours en quête de la beauté du monde, de sa poésie et de son mystère. Je vais à la rencontre de cette beauté avec émerveillement et enthousiasme, toujours en recherche pour créer des images qui vont m'étonner.
Je vais essayer de partager cet étonnement et cet émerveillement avec des gens pour lesquels j'aurai une fraternité d'âme. Donc, ce travail fait partie de cela, parce que j'essaye de faire ressentir toute la magie, la spiritualité, le mystère, le trouble qui peuvent exister en certains lieux. Ici, par le mouvement, l'énergie, parce que je pense que la vie en effet c'est quelque chose qui est sans cesse en mouvement, c'est un tourbillon formidable d'énergie. J'essaye que toute cette vie elle passe dans mes photographies. Voilà.
Je pense que mon travail est vraiment difficile pour des gens qui voudraient le mettre dans des tiroirs parce que je fais des choses qui sont vraiment très variées entre ces portraits éclairés à la bougie, ces lieux de prières en mouvement, les photographies en noir et blanc que je peux faire aussi par ailleurs, le fait d'écrire... Je ne veux surtout pas entrer dans des catégories, et le terme de plasticien, d'abord, je n'aime pas le mot... Je le trouve moche ! Et puis je dirais que je suis un artiste, voilà, ça suffit. C'est-à-dire que, un artiste, cela n'a pas besoin d'être plasticien, ou ceci ou cela, c'est un artiste... Cela veut dire que c'est quelqu'un qui se consacre à l'art, et l'art est quelque chose de très important parce que c'est ce qui touche à l'essentiel de nous-mêmes, qui peut nous permettre à nous d'aller à l'essentiel de nous-mêmes, d'aller vers l'essentiel de l'autre, et de partager ça ensemble.
En fait, c'est ce que l'on peut faire de plus élevé au niveau relationnel. Avec l'amour, avec la méditation... Sauf que là, au travers de l'art, que ce soit de la musique ou de la photographie, on peut en faire quelque chose qui va pouvoir être échangé avec beaucoup beaucoup de gens, alors que la méditation est en général une activité réduite à un certain nombre de personnes, l'amour se passe plutôt entre deux amants, alors que l'art par contre est une histoire d'amour, une histoire de prière, une histoire de méditation, aller de l'essentiel de nous-mêmes vers l'essentiel de l'autre, aller à l'essentiel du monde. Voilà, l'art c'est cela, et en ce sens-là je suis un artiste dans la mesure où je travaille sans cesse à exprimer au travers de mon oeuvre cette puissance qui se trouve à l'intérieur de moi-même et à l'intérieur de chacun de nous. J'essaie de faire passer toute cette force, cette énergie par l'expression à la fois de la fragilité et de la force de la vie.
Dans le mouvement, il y a toujours cette incertitude, cet incertain qui fait le propre de notre vie, notre vie toujours pénétrée par la mort. On ne sait jamais à quel instant on va mourir, les choses sont toujours fluctuantes, et donc c'est ce que j'essaie de faire passer dans mes photos. Je ne vais surtout pas essayer de mettre un terme de ceci ou de cela, en référence à telle ou telle école. L'art est quelque chose qui existe depuis la nuit des temps de l'humanité, qui va durer, qui est lié à la beauté, c'est-à-dire l'intensité des formes, et tout ce que l'on peut faire passer par là sur le plan des émotions au travers de la forme sans avoir besoin comme malheureusement aujourd'hui c'est le fait d'une grande partie de l'art à la mode, conceptuel, où il y a par exemple une photographie qui souvent ne présente guère d'intérêt sur le plan des formes avec un gros discours à côté. Ce n'est surtout pas cela que je veux faire.
Pour moi, le concept est intéressant au départ à condition qu'il soit réellement dépassé pour aller au-delà de l'idée et arriver à des formes qui ne pourraient pas passer par la parole. On va être vraiment dans quelque chose de très haut sur le plan de l'âme, sur le plan de l'émotion, sur le plan de la puissance des formes, et rien ne pourrait remplacer l'œuvre, et surtout pas le discours. C'est au-delà du discours. Ces photos, elles sont, je l'espère, au-delà du discours Et tout ce qu'elles montrent, tout ce qu'elles disent, aucun discours ne pourrait le faire ainsi. C'est comme le mystère qui jaillit des poèmes de René Char par exemple, c'est difficile à saisir, c'est tout dans la perception, dans la suggestion, et ça va loin. Et j'espère que ça, ça va loin dans les cœurs.


POUR LIRE LA PREMIERE PARTIE, voir la galerie "VISAGES DE PAIX" : http://www.xavierzimbardo.com/galerie-texte-103.html

Haut de page