Contact

Photos

PhotAuPif
Une photo de la galerie
TRACES
Une photo de la galerie
PASSION COULEUR
Une photo de la galerie
MALINKA

La Grenouille et le net ! - 28 Mai 2009

Extraits du texte de Daniel Castets :
Pourquoi le Gouvernement voulait HADOPI ?
Alors que cette loi est techniquement impossible à mettre en oeuvre.
Alors qu'aujourd'hui il existe les moyens techniques gratuits, à la portée d'un gamin, pour cacher son adresse IP.
Alors que le P2P est déjà dépassé par d'autres logiciels eux aussi gratuits.
Tout cela, le Gouvernement le savait. Alors pourquoi le Gouvernement voulait-il cette loi inapplicable ?
En vérité cette loi a d'autres objectifs que ceux publiquement avoués. Diminuer les coûts de fonctionnement des médias, au profit des patrons de presse et leur attribuer des moyens de pression sur les journalistes, mais surtout mettre en place une structure pour contrôler le réseau Internet.
Jusqu'à aujourd'hui ce n'était pas possible car nous avons en France une Justice indépendante, la seule habilité à priver un citoyen de liberté.
L'HADOPI nouvellement crée est une structure qui va se substituer à la justice pour couper les accès à Internet. Ainsi, à l'avenir, par petites touches successives, le Gouvernement donnera à l'HADOPI les moyens juridiques et techniques de contrôler Internet.
Aujourd'hui 25 Mai, BFMTV annonce que la police aura le droit de mettre dans les ordinateurs des supposés délinquants des "Cheval de Troie" afin de les espionner en temps réel.
France, pays des droits de l'homme ?


"Internet est une véritable révolution, au même titre que l'invention de l'écriture et celle de l'imprimerie." Michel Serres.
Celui qui contrôle l'information, détient le pouvoir.
Le réseau Internet dépossède les grands patrons de presse et leurs amis au pouvoir du monopole de l'information. Aujourd'hui, ils ont à chaque fois plusieurs jours de retard sur les blogs ou les sites d'infos spécialisés même si cela pose un problème quant à la véracité des faits.
Le réseau Internet remet en cause la source de l'information, et la manière de la traiter (ou de ne pas la traiter).
Trois exemples :
- Le traité de Lisbonne de 2005, dont le OUI a été défendu par 99% des journalistes et tous les grands partis politiques a été repoussé par 55% des Français grâce à Internet. Le réseau Internet a permis à tous ceux qui le voulaient de se procurer le traité dans son intégralité et de se rendre compte des mensonges ou des omissions de la presse. Internet a permis la multiplication des blogs sur lesquels on pouvait débattre et enrichir sa réflexion.
"Plus jamais ça", se sont-ils dits.


Pour lire l'intégralité de cette très intéressante analyse par notre confrère Daniel Castets, rendez-vous ici, vous ne le regretterez pas : http://daniel.castets.free.fr/

Editeurs, prenez vos responsabilités ! - 19 avril 2009

La semaine précédant le sommet de l’OTAN à Strasbourg, plusieurs rédactions « web » de journaux ou magazines majeurs incitaient une fois encore les photographes amateurs à leur envoyer des images, afin de les publier gratuitement sur leurs sites. Enthousiaste, la jeune X, aspirante photographe, contributrice régulière aux galeries de photo des lecteurs du monde.fr, part sur le terrain avec 3 amis.
Malheureusement, ils sont interpellés par la police lors des manifestations du 4 avril… Forte de ses contributions récurrentes au site du monde.fr, elle et ses amis se présentent aux policiers comme journalistes. Ceux ci lui demandent alors de prouver ce qu’elle avance. Évidemment elle n’en a pas la possibilité, car malgré ses parutions web et ses aspirations, elle n’est pas professionnelle !
La voici donc menacée de poursuites pour “usurpation de l’identité de journaliste” et embarquée au poste (selon l’article L.796-1 du Code du Travail).


Mais au delà du risque judiciaire provoqué par la méconnaissance des règles du métier, au delà du mépris du droit d’auteur associé a ces pratiques, c’est une menace physique à laquelle ces rédactions web ont exposés leurs lecteurs sous prétexte de marketing participatif!


Cette mésaventure est révélatrice !


Les directions de ces rédactions savaient pertinemment qu’il y aurait des manifestations, qu’elles pourraient être violentes, et que des mesures spéciales seraient prises, impliquant une vigilance accrue des forces de l’ordre, qui ne seraient sans doute pas très permissives quant au droit de témoigner dont dispose tout citoyen français.


A l’occasion du sommet de l’OTAN, l’association FreeLens à d’ailleurs rappelé aux photographes professionnels, via le site photojournalisme.fr, les règles élémentaires de prudence a respecter lors de ce type de manifestation, ainsi que les textes de loi les autorisant a exercer leur métier malgré les tentatives d’intimidation régulière des forces de l’ordre (mettre le lien sur les deux ou 3 articles et vidéo concernant le photographe blessé, le JRI empêché de bossé etc.)


Nous avons déjà dénoncé maintes fois ces pratiques par le passé, compte tenu des clauses illégales de leurs conditions générales qui font entorse au Code de la Propriété Intellectuelle, mais aussi des risques qu’elles font encourir, en cas de plainte par exemple, à un photographe amateur ne connaissant souvent que très vaguement la législation sur le respect de la vie privée et les autorisations de prises de vue.


Nous avons régulièrement alerté sur la nécessité de personnels compétents et formés aux spécificités législatives de la photographie et du droit d’auteur dans ces rédactions (les exemples de photos et de textes volés sur internet et passibles de contrefaçon ne manquent pas).


Or, ce nouvel appel de la part des rédactions nous semble dépasser réellement les limites du tolérable, pour les simples raisons qu’il pousse les citoyens à prendre des risques, physiques et judiciaires, en les envoyant, sans protection, sans information, ni préparation, couvrir une zone sensible.


Sous prétexte de marketing participatif, et sous couvert de journalisme citoyen, les directions de ces organes de presse sont elles prêtes à faire n’importe quoi, quitte à mettre leurs lecteurs en danger afin d’obtenir fidélité du lectorat et information a moindre coût ?


Face au nombre grandissant d’amateurs et de débutants qui appellent à l’aide les associations professionnelles, les centres de formations, et autres organismes oeuvrant pour une information de qualité, nous estimons qu’il est de notre devoir de demander aux éditeurs de presse d’assumer leurs responsabilités face aux risques qu’ils font prendre à des amateurs en quête légitime de reconnaissance et de cesser immédiatement ce genre d’appels devenus dangereux, en plus d’être illégaux.


Par Camille Pillias et Julien Cassagne


Cet appel est soutenu par l’Union des Photographes Créateurs (UPC), FreeLens, le JDL, l’Association Nationale des Iconographes (ANI), le Centre Iris pour la photographie…


Il est envoyé aux éditeurs et directeurs de rédactions dont nous avons recensé un appel du même genre sur les sites internet, mais la liste n’est certainement pas exhaustive :


lemonde.fr, lefigaro.fr, 20minutes.fr, liberation.fr, lacroix.com, lexpress.fr, tempsreel.nouvelobs.com, tf1.lci.fr, france3.fr, france-info.com, rcmlaradio.fr, leparisien.fr, maville.com (SPQR), ladepeche.fr, lanouvellerepublique.fr, lindependant.com, ledauphine.com, nicematin.com …


http://www.photojournalisme.fr/?p=294

"Un appareil photo n’est pas un revolver" - janvier 2009

Le ciel s’assombrissait sur le pont de l’Université, à Lyon, ce mercredi 21 janvier 2009. J’ai sorti mon appareil photo. Deux jeunes femmes avec une poussette et un homme plus âgé avançaient vers moi. J’ai déclenché quand j’ai estimé qu’ils formaient une silhouette agréable pour la photo puis j’ai attendu qu’ils arrivent à ma hauteur. L’une des deux femmes, blonde aux yeux bleus, m’a apostrophé sèchement : « Vous nous avez photographiés ? » Elle parlait un français sans accent, tout comme l’autre femme que je jugeais pouvoir être sa sœur cadette. De toute la scène, l’homme n’a rien dit.


J’ai répondu oui. Avant que j’ai pu prononcer un autre mot, je me suis entendu rétorquer : « Vous n’avez par le droit de nous photographier. Vous devez détruire cette image sinon j’appelle la police. » Il m’est arrivé d’effacer des photos à la demande, par respect, je n’ai pas de complexe de ce côté-là. Mais dès lors que j’étais assimilé à un délinquant contre lequel on entend requérir les forces de l’ordre, j’ai refusé.


Elles ont appelé la police et moins de cinq minutes plus tard, j’étais encerclé par deux équipages arrivés dans deux voitures, plus quelques policiers en civil.


Je vous invite à lire l'édifiante mésaventure de notre confrère Jean Miaille intitulée "Un appareil photo n’est pas un revolver" dans son intégralité. Cela se passe à Paris et oui, certaines personnes y sont devenues folles... http://www.jeanmiaille.fr/2009/notes/090121152149.html

Mauvaises nouvelles pour notre santé/liberté - 30/05/2009

À faire circuler abondamment, il faut réagir avant qu'il ne soit trop tard !


Je porte à votre attention l'information ci-après :
Une nouvelle directive de l'Union Européenne doit être mise en place au 31 décembre de cette année. Il s'agit d'un "Codex Alimentarius" qui limiterait considérablement les substances autorisées dans le domaine des médecines alternatives et des suppléments alimentaires, si la directive était votée.

Ceci aurait pour effet que pour les remèdes que nous achetons aujourd'hui (Hémopathie, Fleurs de Bach, sels de Schlüssler, minéraux et vitamines) le nombre des substances actives autorisées serait si limité que ces médicaments perdraient leur efficacité. Pire encore ces médicaments pourraient disparaitre du marché parce qu'ils n'auraient pas reçu d'autorisation de vente du fait des nouveaux critères d'autorisation de mise sur le marché extrêmement restrictifs.

Cette information est d'autant plus alarmante que cela signifierait pour nous tous la fin d'une liberté thérapeutique et aussi la fin de tous les métiers qui utilisent ces substances (naturopathes, phytothérapeutes, homéopathes, herboristes ainsi que les laboratoires produisants ces remèdes).

En Grande-Bretagne les "Health Stores" comme "boots" font actuellement campagne dans tout le pays en demandant aux clients de faire pression auprès de leurs députés pour stopper le vote de cette directive. Le sujet est débattu officiellement et publiquement. Malheureusement les médias en France et en Allemagne ont très peu ou pas publié cette information qui nous concerne tous.

Il est à noter d'ailleurs que les pays qui ont pris l'initiative de cette nouvelle directive sont l'Italie, l'Allemagne ... et la France.

Vous trouverez si après l'accès (en français) du site anglais de "Consumers for Health choice" qui a mis en place une pétition européenne.
http://www.consumersforhealthchoice.com/index.php?option=com_content&task=view&id=268&Itemid=225

Ce site vous propose de signer une pétition, mais aussi d'écrire à votre député à Bruxelles.

Une telle directive inspirée par les lobbies de l'industrie pharmaceutique, limiterait au maximum la commercialisation de remèdes naturels au profit de médicaments allopathiques.

Je vous remercie pour votre attention et espère que vous serez nombreux à signer cette pétition. Merci de faire connaitre cette information à votre entourage !


Meilleures salutations
Barbara Thielmann Association "Die Alternative"

« Affaire des sabotages » à la SNCF : Levée des inculpations contre Julien Coupat et ses camarades ! Ils doivent être libérés maintenant ! - 01.01.2009

« Affaire des sabotages » à la SNCF : Levée des inculpations contre Julien Coupat et ses camarades ! Ils doivent être libérés maintenant !


L’hystérie antiterroriste vise à criminaliser le mouvement ouvrier tout entier


Nous reproduisons ci-dessous un communiqué du Comité de défense sociale (CDDS) du 16 novembre. Le CDDS est une organisation de défense légale et sociale, non sectaire, se basant sur la lutte de classe et prenant fait et cause pour les intérêts de tous les travailleurs. Cet objectif est en accord avec les conceptions politiques de la LTF.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/186/sncf.html
* * *


Paris, le 16 novembre 2008 – Le CDDS condamne « l’opération Taïga », le raid policier du 11 novembre au cours duquel ont été arrêtés neuf jeunes militants initialement accusés d’avoir participé au sabotage de caténaires de lignes de TGV. Il s’agit là d’une monstrueuse chasse aux sorcières d’Etat. Les dossiers de l’accusation sont totalement vides, comme en témoigne le fait que le gouvernement a dû démentir la présence près d’une caténaire de prétendues « traces d’ADN ». Malgré cela, Julien Coupat a été mis en examen comme « dirigeant d’une structure à vocation terroriste » et risque jusqu’à 20 ans de prison ; quatre de ses camarades sont mis en examen pour « association de malfaiteurs à visée terroriste et dégradation en réunion sur des lignes ferroviaires dans une perspective d’action terroriste » ; les quatre autres sont « visés par l’incrimination d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », un délit passible de dix ans d’emprisonnement (le Monde, 15 novembre).


Parmi les soi-disant « preuves » récoltées par les perquisitions policières figurent une carte du réseau ferroviaire français, des horaires de train et du matériel d’escalade. De plus, le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, présente « comme un élément de contexte » (sic) le mutisme des accusés pendant leur interrogatoire. Il y a vingt-cinq ans, dans l’affaire des « Irlandais de Vincennes », présentée triomphalement par les services de l’Elysée comme une série d’arrestations visant les cercles du terrorisme international, les flics de Mitterrand avaient fait l’effort de déposer eux-mêmes les armes et explosifs qui devaient être « découverts » lors de leur perquisition. Aujourd’hui, les preuves ont de moins en moins d’importance (le cas d’Yvan Colonna est exemplaire à cet égard), car le délit d’opinion et celui de « visées terroristes » suffisent à l’Etat pour enfermer ceux qu’il considère comme des ennemis à abattre.


Ceci est le dernier épisode en date, particulièrement sinistre, d’une campagne de harcèlement et d’intimidation contre la gauche, et tout particulièrement contre le mouvement libertaire, explicitement pris pour cible dans une circulaire du Ministère de la Justice du 13 juin dernier. Ce document stigmatisait la « mouvance anarcho-autonome » pour s’être « manifestée par la commission d’actions violentes en différents points du territoire national au préjudice de l’Etat et de ses institutions ». Cet amalgame entre gauche, violence et terrorisme vise à criminaliser le mouvement ouvrier organisé tout entier. C’est une attaque contre les droits démocratiques de tous. Nous exigeons la libération immédiate des cinq militants emprisonnés, et la levée des inculpations contre toutes les personnes mises en examen dans cette affaire.


L’un des jeunes présents lors de la descente de police contre la ferme de Tarnac, en Corrèze, où le groupe tenait une épicerie, qui organise des concerts pour les anciens du village et est très apprécié dans cette commune rurale, déclarait après l’arrestation de ses camarades : « Ils sont étrangers aux sabotages du week-end. » Au sujet de deux de ses amis interpellés à Rouen, il ajoutait : « Dans la nuit de vendredi à samedi [où le dernier sabotage a été perpétré], Elsa et Bertrand étaient dans un bus qui les emmenait à Amsterdam à l’occasion d’un voyage étudiant » (Paris-Normandie, 15 novembre). Nous ne savons pas qui a perpétré ces sabotages sur les lignes de TGV – des actions certes stupides, mais qui n’ont pas mis en danger de quelque manière que ce soit ni les cheminots ni les passagers. Mais ce que nous savons, c’est que le gouvernement utilise cette affaire comme prétexte pour intimider et réprimer la gauche et tous ceux, travailleurs, immigrés, jeunes de banlieue, qui lui résistent, ou qui sont simplement vus comme des opposants potentiels aux mauvais coups qu’il multiplie pour imposer l’austérité capitaliste.


Parmi les « éléments » retenus contre Julien Coupat et ses camarades figure leur participation « violente » au mouvement anti-CPE de 2006, aux manifestations lycéennes l’année suivante et aux actions contre les arrestations, l’emprisonnement et les expulsions de sans-papiers. Dans le contexte de la montée de la crise économique et des attaques incessantes contre la classe ouvrière, notamment contre les cheminots qui s’apprêtent une fois encore à partir en grève, le gouvernement cherche à fabriquer un nouvel « ennemi intérieur » qui viendra s’ajouter à ses autres épouvantails – les prétendus « réseaux pédophiles internationaux » inventés dans le fiasco judiciaire d’Outreau, ou les intégristes islamiques. Tout ceci sert à détourner l’attention de la brutalité quotidienne de cette société capitaliste malade, de son Etat et de ceux qui le dirigent.


Ne nous faisons pas d’illusions. Si un gouvernement soi-disant « de gauche » était aujourd’hui au pouvoir, il mènerait une politique raciste et anti-ouvrière similaire. Sous le gouvernement de la « gauche plurielle » de Jospin-Buffet, les pouvoirs de la police ont été considérablement accrus par la « Loi sur la sécurité quotidienne » adoptée en 2001. Après le 11 septembre 2001, ce gouvernement, comme tous les gouvernements capitalistes partout dans le monde, avait cherché à exploiter l’hystérie antiterroriste pour serrer la vis à la population tout entière, et en premier lieu contre la classe ouvrière. Il est aussi frappant de constater que dans cette affaire la gauche institutionnelle et l’extrême gauche « officielle » sont jusqu’ici restés silencieux, ou ont refusé de prendre la défense des personnes accusées. Nous disons : A bas les lois antiterroristes ! A bas Vigipirate ! A bas l’hystérie antiterroriste orchestrée par l’Etat !


Il est impératif que le mouvement ouvrier tout entier, et tout particulièrement les syndicats de cheminots, dénoncent cette attaque sinistre et prennent la défense de Julien Coupat et de ses camarades. C’est la classe ouvrière qui a le pouvoir social de stopper la production, les transports et les communications, et avec eux le flot de profits des brigands capitalistes et de leur Etat. Cette puissance doit être mobilisée en défense de Julien Coupat et de ses camarades. Une attaque contre un est une attaque contre tous ! Libérez Julien Coupat et ses camarades ! Levée des inculpations !

Tout cela nous fait horreur et honte. Ce n'est pas notre conception de l'amitié entre les peuples ! - 03.01.2009

Une délégation française doit se rendre à Bamako le 7 janvier pour tenter d'imposer au gouvernement malien la signature de l'accord franco-malien dit de "gestion des flux migratoires". Il s'agit en réalité de permettre à la police française d'expulser les Maliens (et d'autres !) de façon plus expéditive encore.


Cela fait plusieurs fois que la France tente d'imposer cet accord... impopulaire au Mali et encore plus dans la diaspora malienne. La mobilisation de l'opinion malienne, au Mali mais aussi en France avait convaincu les autorités maliennes de refuser cet accord. Il est encore temps d'aider le Mali qui avait vaillamment résisté jusqu'alors à ne pas céder aux pressions très appuyées d'Hortefeux.


Il faut que toutes les associations maliennes en France soient alertées ainsi que les journaux et les sites. Chaque malien peut, s'il le souhaite, interpeller son consulat et faire connaître son opinion.


Il est enfin possible à la population française de manifester sa solidarité avec le Mali pour le cas où il refuserait de plier devant le gouvernement français. Cela doit être fait avec courtoisie et dans le respect de l'indépendance du Mali. Ci-joint un modèle de lettre dont on peut s'inspirer.


1) Plus d'informations dans Libération :


http://www.liberation.fr/societe/0101308948-hortefeux-veut-un-accord-avec-le-mali-pour-expulser-a-l-aise


2) Lettre a envoyer au consul du Mali ci-dessous et sur le site RESF http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article17207


3) Ci-dessous communiqué commun Cimade-AME


2 janvier 2009


Monsieur le Consul du Mali,


Selon des informations confirmées par le quotidien Libération du 2 janvier, il semble qu'une importante délégation française doive se rendre à Bamako le 7 janvier prochain afin de tenter une nouvelle fois d'arracher aux autorités maliennes la signature de l'accord dit « de gestion concertée des flux migratoires ».


Sans prétendre le moins du monde peser sur la décision du gouvernement malien, nous tenons par votre intermédiaire à faire savoir aux autorités et au peuple maliens qu'une partie importante de la population française, celle qui est aux côtés des familles et des jeunes maliens présents en France et dans nos écoles, aux côtés des travailleurs en lutte pour la reconnaissance de leur travail et de leur dignité, ne se reconnaît pas dans la politique de lutte contre l'immigration du gouvernement français que reflète ce projet d'accord.


Même baptisé « gestion concertée des flux migratoires », le texte proposé à la signature de votre gouvernement est de même nature que celui déjà imposé à plusieurs gouvernements africains : son objectif unique est de rendre plus difficile le séjour des ressortissants maliens en France et de rendre leur expulsion plus expéditive. Le reste n'est qu'habillage.


Les contreparties offertes au Mali sont dérisoires : 1500 régularisations quand on estime que des dizaines de milliers de travailleurs maliens sont établis en France, apportant à leur pays une aide autrement efficace que celle, officielle, des pays riches.


Au-delà des grands mots dont le texte regorge, l'aide au développement promise à votre pays est illusoire : le budget 2009 du ministère de l'immigration a été amputé de 11,6% et le ministre a d'ores et déjà rendu ses arbitrages : les crédits consacrés à l'aide au développement seront sacrifiés, ceux affectés aux expulsions seront augmentés. Nous préfèrerions ‑et de loin !‑ que les sommes allouées à la traque des sans papiers et à leur expulsion (20 000 € à chaque fois !) soient investies réellement dans des actions utiles au développement. Nous sommes de même consternés d'apprendre qu'une partie des crédits rangés dans l'aide au développement sont en réalité consacrés à préparer les services de police des pays d'origine des immigrés… à collaborer à la lutte contre l'immigration ! Ce n'est pas notre conception de l'amitié entre les peuples !


Quelle que soit la décision que prendra en définitive votre gouvernement, nous tenons à faire savoir au peuple malien que des pans entiers de la société française désapprouvent la politique migratoire du gouvernement français, ses discriminations envers les « immigrés extra-européens », sa pratique des test ADN, les attentes humiliantes aux portes des consulats de France pour obtenir des visas et à celles des préfectures pour solliciter des titres de séjour, son arrogance et sa brutalité, ses objectifs chiffrés, à l'unité près, en matière d'expulsion. Tout cela nous fait horreur et honte.


Sachez, Monsieur le Consul, que si le Mali continuait à refuser de plier et de se soumettre aux pressions du gouvernement français, il trouverait la solidarité et l'estime d'une grande partie de la population de ce pays.


Nous vous prions, Monsieur le Consul, d'agréer l'expression de nos salutations respectueuses et celle de notre amitié pour le peuple malien.


CONSULAT GENERAL DU MALI 64, rue Pelleport F - 75020 PARIS


Téléphone: 01 48 07 85 85 Télécopie: 01 48 07 07 39 E-mail: contact @consulat-mali.fr


Bordeaux Consulat Honoraire Adr. : 29, allées des Chartes 33000 Bordeaux


Tél : 05.56.00.82.82 Fax : 05.56.81.51.76


Lyon Consulat honoraire Adr. : 8, rue du Professeur Grignard 69007 Lyon


Tél : 04.78.72.96.99 Fax : 04.72.72.96.99


Marseille Consulat Honoraire Adr. : 47, rue de la Paix - 13001 Marseille


Tél : 04.91.33.76.30 Fax : 04.91.54.19.91


COMMUNIQUE CIMADE-AME


RISQUE DE SIGNATURE IMMINENTE DE L'ACCORD DE GESTION CONCERTEE DES FLUX MIGRATOIRES ENTRE LA FRANCE ET LE MALI


Des informations concordantes à Paris indiquent qu'une délégation du ministère de l'Immigration se rendrait à Bamako le 7 janvier afin de finaliser l'accord de gestion concertée des flux migratoires entre la France et le Mali. La signature de cet accord, initialement prévue le 25 novembre à Paris, n'avait pu se concrétiser en raison d'une importante mobilisation de la société civile malienne.


Cet accord, tout comme les autres accords de ce type signés par la France, a pour objectif d'inciter les autorités maliennes à coopérer en matière de lutte contre l'immigration illégale, en facilitant la délivrance des laissez-passer qui permettent l'expulsion effective des maliens en situation irrégulière en France.


En échange, le gouvernement français promettrait des possibilités très limitées de migration légale et d'aide au développement qui figurent déjà, pour l'essentiel, dans les dispositifs de droit commun.


Le Mali étant un important pays de transit, il est à craindre que les clauses de réadmission contenues dans cet accord permettent également le renvoi au Mali de ressortissants de pays tiers.


L'Association Malienne des Expulsés (AME) et La Cimade estiment négative la signature de tels accords et espèrent que le gouvernement malien saura, une fois de plus, résister à ces pressions.


Les deux associations appellent la société civile en France et au Mali à se mobiliser pour faire respecter les droits fondamentaux des migrants et rejeter un tel accord auquel ni le Mali, ni les maliens n'ont intérêt. Les travailleurs migrants, qu'ils aient ou non des papiers, contribuent en effet à l'enrichissement du Mali comme de la France.


_______________________________________________
Resf.info@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info


Lire aussi :
http://www.icl-fi.org/francais/oldsite/Iclimmig.htm
Ouvriers de tous les pays, unissez-vous !
La guerre de l'Europe capitaliste contre les immigrés est une guerre contre tous les ouvriers
Pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés ! Halte aux expulsions !


Déclaration de la Ligue communiste internationale


Reproduit du Bolchévik no. 160, été 2002


Le lendemain d’une puissante grève générale qui a paralysé l’Espagne le 20 juin, les gouvernants de l’Europe capitaliste se rencontraient à Séville pour intensifier leur guerre contre les immigrés ; cette guerre est le fer de lance d’une offensive contre le prolétariat dans son ensemble. La concurrence économique entre les nations dominantes de l’Union européenne (UE), qui sont en pleine récession économique, a fait que le sommet de Séville n’a pas pu atteindre le but qu’il s’était donné, à savoir établir des mesures d’Etat policier supranationales comme des patrouilles conjointes aux frontières, sur terre comme sur mer ; mais c’est ce que les gardiens de la forteresse Europe promettent, et même plus. En même temps chaque bourgeoisie essaye de surpasser l’autre pour rendre l’immigration plus difficile et intensifier les mesures policières contre les immigrés, dans le but d’enrégimenter toute la population, de faire baisser les salaires et de faire des coupes sombres dans les acquis sociaux qui ont été arrachés par des années de lutte de classe.


Le sommet de Séville a profité du succès électoral de fascistes comme Le Pen et le British National Party (BNP) pour se lancer dans la démagogie anti-immigrés. Le racisme anti-immigrés est un moyen qui a fait ses preuves pour diviser le prolétariat et détourner de la lutte des classes. Mais au fond la campagne anti-immigrés n’est pas causée par de « mauvaises idées » mais par le fonctionnement de l’économie capitaliste, et cette campagne est menée autant par des politiciens de gauche que de droite. Quand on avait besoin de main-d’œuvre en Europe de l’Ouest, en partie à cause d’une baisse du taux de natalité, on a fait venir un grand nombre d’immigrés. Maintenant que l’Europe est en récession, la bourgeoisie n’a plus besoin des immigrés comme source de main-d’œuvre à bon marché ou même comme « armée de réserve » du travail. Ce serait embellir la démocratie bourgeoise que de croire qu’il n’y a que les fascistes qui peuvent expulser les immigrés en masse. Cela est en fait arrivé lors de la grande crise économique des années 1930 en France où le nombre d’ouvriers étrangers a diminué d’un demi-million, grâce à des expulsions massives. Et ces ouvriers étaient en grande partie européens et catholiques, bien plus faciles à assimiler que les Maghrébins et les Africains qui sont soumis de force à la ségrégation. A la même époque, les immigrants mexicains ont été expulsés en masse des Etats-Unis.


Il y a dix ans, l’Union soviétique a été détruite par une contre-révolution capitaliste. Cette défaite monumentale pour la classe ouvrière internationale, ainsi que le triomphalisme bourgeois qui s’en est suivi, prétendant que « le communisme est mort », a fait régresser la conscience du prolétariat et de la jeunesse qui confondent les traîtres staliniens avec le communisme. La domination capitaliste en Europe n’est pas aujourd’hui remise en question par un prolétariat subjectivement révolutionnaire et insurrectionnel, et c’est essentiellement par le fonctionnement normal du système capitaliste que la classe ouvrière, les minorités à la peau foncée et les populations immigrées d’Europe se font réprimer : des flics dans les quartiers ghettos aux tribunaux capitalistes en passant par les prisons, qui sont remplies d’un nombre disproportionné d’immigrés et de minorités opprimées. Dans ce contexte, des partis qui sont historiquement fascistes dans leurs conceptions et leurs intentions, comme le Parti de la liberté de Haider en Autriche et le Front national de Le Pen, progressent essentiellement en tant que phénomène électoral et groupes de pression sur les grands partis bourgeois.


On ne peut en finir avec les flux et reflux de l’économie capitaliste mondiale, qui causent tant de misère humaine, qu’en remplaçant le capitalisme par une révolution socialiste prolétarienne. Ceux qui, comme les dirigeants sociaux-démocrates et leurs suivistes « de gauche », acceptent le cadre capitaliste, deviennent nécessairement complices dans la campagne raciste, dans laquelle ils jouent même parfois un rôle de fer de lance. La machine répressive a accéléré sa cadence depuis le 11 septembre, mais la plupart des lois et des politiques anti-immigrés et « antiterroristes » avaient été mises en place depuis pas mal d’années par les gouvernements de « gauche ». D’ailleurs en France le Parti socialiste qui vient de perdre les élections, et qui a été au gouvernement dans une coalition de front populaire avec le Parti communiste et les Verts, est furieux que le nouveau gouvernement de droite s’attribue le mérite de la campagne sécuritaire raciste dont la gauche est en fait l’auteur. Pour pouvoir gouverner au compte des capitalistes les partis historiques de la classe ouvrière française, les dirigeants communistes et socialistes, ainsi que leurs homologues dans la bureaucratie syndicale, fomentent des divisions religieuses, nationales et ethniques et empoisonnent ainsi la conscience de classe et la solidarité entre les ouvriers. C’est ainsi que le front populaire a pavé la voie au score faramineux de Le Pen lors des élections présidentielles, et à la victoire d’un gouvernement plus droitier.


La soi-disant « extrême gauche » porte aussi une grande part de responsabilité. Une organisation comme la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) du Secrétariat unifié a commencé par voter ces dernières années pour le front populaire de Jospin... pour finir avec un appel à « barrer la route à Le Pen », autrement dit à voter Chirac. Même pour la LCR qui a depuis longtemps l’attitude et la rigidité d’un serpent, c’est tomber si bas qu’elle s’est trouvée obligée de muer plutôt que de défendre son crime. Les militants de la LCR ont activement et énergiquement participé aux manifestations massives qui ont secoué la France, mais c’était pour détourner la rage justifiée des jeunes contre le racisme du Front national de Le Pen vers l’unité républicaine réactionnaire avec Chirac. De même en Angleterre, le Socialist Workers Party a appelé à s’opposer aux fascistes du BNP en votant pour « n’importe qui d’autre », autrement dit même pour des partis bourgeois mais tout particulièrement pour le Parti travailliste de Blair. La LCR et le SWP prétendaient que le danger fasciste était imminent afin de pouvoir d’autant mieux apporter des voix au Parti travailliste et même à Chirac. De toute façon dans les situations où les bandes fascistes sont vraiment une menace, ce n’est pas avec des moyens parlementaires qu’on peut les arrêter, mais c’est en mobilisant le prolétariat pour les écraser.


Défense des immigrés, défense de la classe ouvrière !


En Italie, dans le cadre du nouvel arsenal de répression on rafle même les immigrés pour prendre leurs empreintes digitales, comme si être non-européen faisait de vous un « délinquant ». Le Vatican proteste contre les mariages entre chrétiens et musulmans, et la police lance l’opération « jeunes mariés » pour espionner les mariages mixtes. Les permis de séjour sont limités à la durée des contrats de travail, de sorte que les ouvriers agricoles saisonniers sont en séjour irrégulier dès qu’ils ont fini une récolte, et les employeurs italiens sont obligés de payer d’avance l’Etat pour l’expulsion d’immigrés qui resteraient après leur contrat de travail. Ce n’est même pas rationnel du point de vue de la bourgeoisie qui a besoin de main-d’œuvre agricole à bon marché. Le consortium capitaliste italien a négocié avec le gouvernement italien des exemptions aux quotas ridiculement bas pour trois professions : les infirmières, les employées de maison et... les footballeurs, ce qui montre bien quelles sont les préoccupations de la bourgeoisie !


Partout le droit d’asile est de plus en plus remis en cause. En Grande-Bretagne, Blair promet l’expulsion immédiate et sans appel aux demandeurs d’asile dont la demande a été rejetée. Au Danemark le nouveau gouvernement s’arroge le droit de révoquer l’asile accordé à des réfugiés, s’il décide que le pays qu’ils ont fui est redevenu suffisamment « démocratique ».


La Grande-Bretagne décadente incite à la haine raciale à un âge précoce et inculque le patriotisme et la loyauté à la Couronne : elle menace de séparer de force les enfants des demandeurs d’asile des autres élèves. En Allemagne, nos camarades du Parti ouvrier spartakiste luttent activement contre la surveillance électronique raciste des étudiants. Dans ce climat réactionnaire, les ouvriers immigrés et les étudiants étrangers risquent non seulement la persécution aux mains de l’Etat capitaliste mais la violence raciste dans la rue, qui s’est intensifiée. Comme le faisaient remarquer nos camarades irlandais après le meurtre d’un étudiant chinois, « C’est l’Etat capitaliste irlandais qui porte fondamentalement la responsabilité du meurtre de Zhao, avec sa politique anti-immigrés qui a donné le feu vert aux terroristes racistes. »


Partout des familles sont déchirées à cause des restrictions au « regroupement familial ». Ce sont les femmes qui en sont les premières victimes. Si elles arrivent à rejoindre leur mari en Europe, elles sont souvent privées du droit de travailler et sont donc obligées de faire des boulots au noir, dangereux et mal payés. En France, il y a un véritable « marché matrimonial » lié aux lois anti-immigrés qui se développe comme un cancer dans les communautés immigrées : un mariage arrangé avec une jeune femme qui a la nationalité française peut représenter le dernier espoir d’échapper à la pauvreté et à la répression politique dans un autre pays. Les portes qui se ferment à l’immigration et la ségrégation des communautés opprimées tendent à encourager et à aider à perpétuer les mariages arrangés, les kidnappings, l’excision, les femmes battues et les meurtres « pour l’honneur » qui sont tous en augmentation en Europe. Ces faits montrent que même une revendication démocratique minimale comme les pleins droits de citoyenneté pour tous ceux qui ont réussi à entrer dans un pays européen, est littéralement une question de vie ou de mort, surtout pour les femmes.


La bataille sordide entre la Grande-Bretagne de Blair et la France de Chirac pour fermer le centre de réfugiés de la Croix-Rouge à Sangatte montre à quel point le « monde libre » est un leurre ; elle montre aussi qu’il y a un lien direct entre la contre-révolution capitaliste en Union soviétique et en Europe de l’Est d’une part, et la montée de la misère économique, de la guerre impérialiste et de la répression politique d’autre part. Sangatte est plein de réfugiés fuyant les guerres sanglantes menées par l’impérialisme US et ses alliés de l’OTAN. Le nationalisme meurtrier, qui a servi de conduit idéologique à la contre-révolution capitaliste pour détruire les Etats ouvriers bureaucratiquement déformés d’Europe de l’Est, a déraciné des populations minoritaires y compris les Roms et les Sintis (Tsiganes) qui ont été pris dans le bain de sang des « épurations ethniques » il y a dix ans. La guerre de 1999 dans les Balkans, menée par les USA et l’OTAN, a dévasté ce qui restait de l’ancienne Yougoslavie et a provoqué une nouvelle vague de réfugiés. Il y a aussi aujourd’hui dans le camp de Sangatte beaucoup d’Irakiens fuyant la faim causée par le blocus imposé à l’Irak par l’ONU depuis dix ans.


Des milliers d’Afghans ont fui l’enfer créé par le soutien de l’impérialisme US aux moudjahidins anti-femmes. Lorsque les forces soviétiques sont entrées en Afghanistan en 1979 après plusieurs requêtes du gouvernement nationaliste de gauche du PDPA, nous, à la Ligue communiste internationale, nous avons ouvertement proclamé « Salut à l’Armée rouge en Afghanistan ! Etendez les acquis d’Octobre aux peuples afghans ! » La trahison qu’a commise Gorbatchev en retirant ses troupes en 1988-1989 a mené tout droit à la victoire des intégristes islamistes et finalement au règne des Talibans, un vrai monstre de Frankenstein créé par les impérialistes US avec l’aide de leurs alliés pakistanais. Maintenant, c’est la terreur des bombardements de Bush, Blair et Cie au nom de la « guerre contre le terrorisme » qui a créé des milliers de réfugiés supplémentaires.


Chirac, reprenant la promesse de campagne de Le Pen de fermer le camp de Sangatte en expulsant les réfugiés, a annoncé le plan de fermeture du camp et, en attendant, il prépare la construction d’énormes barrières autour des voies de chemin de fer et l’installation de détecteurs de battements cardiaques sophistiqués dans le tunnel. Pour ne pas se laisser devancer, Tony Blair mobilise la marine nationale pour renvoyer les bateaux de réfugiés (en d’autres termes leur tirer dessus et les couler). Il projette d’enfermer les demandeurs d’asile dans des camps de détention militarisés et de blanchir l’Angleterre en expulsant par avion tous les immigrés à la peau foncée et en excluant sans vergogne tous les gens de race différente cherchant à entrer dans le pays via d’autres aéroports d’Europe.


Quant à ceux qui réussissent à entrer en Grande-Bretagne, ils devront porter sur eux des cartes d’identité. Ces mesures d’Etat policier sont faites pour enrégimenter et habituer toute la population à ce que ses droits démocratiques soient réduits, à accepter les contrôles d’identité comme chose « normale », à réduire la liberté d’expression et empêcher que les ouvriers s’organisent politiquement contre le gouvernement et la bourgeoisie. C’est dans ce but que toute la gamme de politiciens capitalistes à droite comme à gauche attisent l’hystérie contre les immigrés « ennemis intérieurs ». C’est « Vigipirate » qui sert de modèle pour le contrôle policier des populations arabes, africaines, turques et asiatiques en Europe de l’Ouest. L’importante communauté d’origine maghrébine, en particulier les jeunes, se fait systématiquement brutaliser par la police française qui les soumet à des contrôles d’identité jusque dans les cages d’escalier de leurs immeubles ; ils sont traités comme des « criminels » et des gens en surplus. La France a changé son code de la nationalité et les enfants nés en France de parents étrangers ne sont plus automatiquement des citoyens français, ce qui permet de préparer le terrain à des expulsions en masse si nécessaire. Derrière la façade de « liberté, égalité, fraternité », il y a toute une histoire d’expulsions en masse chaque fois que la bourgeoisie française l’a trouvé politiquement ou économiquement avantageux. Entre les deux guerres c’était les immigrés polonais et italiens qui ont été expulsés en masse, et sous le gouvernement de Vichy les Juifs ont été déchus de leur nationalité française et déportés dans les camps de la mort nazis.


Le capitalisme a besoin d’un épouvantail. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’hystérie orchestrée à propos du « péril vert » de l’intégrisme islamiste a remplacé le « péril rouge ». Cela atteint des sommets depuis le 11 septembre. D’ailleurs un nouveau mot, l’« islamophobie », a été créé pour « expliquer » les attaques contre les femmes voilées, les hommes qui portent des turbans et tous ceux qui sont suspectés d’être d’origine arabe. On empiète aussi sur les libertés et on fait appel à la ferveur patriotique pour criminaliser toute opposition politique et interdire les partis et mouvements de libération nationaux comme le PKK kurde, le FPLP palestinien, les guévaristes turcs du DHKC et l’organisation basque Batasuna en Espagne. Pendant ce temps-là, les terroristes d’Etat des pays les plus importants font pleuvoir les bombes sur l’Irak et menacent de l’envahir ; ils continuent à sévir en Afghanistan et arment l’Etat sioniste d’Israël dans la guerre qu’il mène contre le peuple palestinien. Et maintenant le chef du « monde libre » a le culot de dire au peuple palestinien qui ils ont le droit d’élire pour les représenter dans les territoires occupés et leur patrie envahie par les troupes de choc sionistes. Israël hors des territoires occupés ! Défense du peuple palestinien !


L’oppression raciste est inhérente au capitalisme


Le « programme maximum » du réformisme social-démocrate et des groupes soi-disant d’extrême gauche qui leur servent d’apologistes, c’est de restaurer l’« Etat-providence » et donner un visage humain à l’austérité capitaliste. Malgré tous les mythes que répandent des réformistes comme Lutte ouvrière, qui font campagne pour « interdire les licenciements » et demandent que les flics s’attaquent aux « vrais crimes » plutôt que de terroriser les immigrés, la vérité c’est que sous le capitalisme, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, et que l’oppression raciale fait intrinsèquement partie du fonctionnement de tout ce système pourri au niveau national et mondial. Que le gouvernement soit dominé par les sociaux-démocrates ou l’extrême droite, les lois du capitalisme sont les mêmes : plus on travaille, plus on produit de richesses pour les autres et plus la précarité augmente, avec le risque de se faire licencier. Quand il en ressent le besoin, le capitalisme importe de la nouvelle main-d’œuvre à bon marché au bas de l’échelle du prolétariat, essentiellement des immigrés de pays pauvres dont on peut se débarrasser en cas de récession économique. Comme le disait Karl Marx dans le Capital (tome 1) : « […] dès qu’ils [les travailleurs] découvrent que l’intensité de la concurrence qu’ils se font les uns aux autres dépend entièrement de la pression exercée par les [travailleurs] surnuméraires ; dès qu’afin d’affaiblir l’effet funeste de cette loi "naturelle" de l’accumulation capitaliste, ils s’unissent pour organiser l’entente et l’action commune entre les occupés et les non-occupés, aussitôt le capital et son sycophante l’économiste de crier au sacrilège, à la violation de la loi "éternelle" de l’offre et la demande. Il est vrai qu’ailleurs, dans les colonies, par exemple, où la formation d’une réserve industrielle rencontre des obstacles importuns, les capitalistes et leurs avocats d’office ne se gênent pas pour sommer l’Etat d’arrêter les tendances dangereuses de cette loi "sacrée". »


C’est pourquoi dans la LCI nous nous battons pour l’unité et l’intégrité de la classe ouvrière contre le chauvinisme et le racisme. La lutte pour défendre les ouvriers immigrés est aujourd’hui une tâche vitale pour la classe ouvrière tout entière. Nous nous battons pour : Pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés ! Non aux expulsions ! Libérez les immigrés détenus ! Syndiquez les non-syndiqués ! Flics, gardiens de prisons et vigiles, hors des syndicats ! Pour des mobilisations ouvrières/immigrées contre les attaques fascistes ! Du travail pour tous : pour une échelle mobile du temps de travail sans perte de salaire ! Expropriez la bourgeoisie — pour une économie socialiste planifiée au niveau international ! Dans tous les pays où nous sommes, la LCI se bat pour dénoncer le mensonge de l’« unité nationale » entre les ouvriers et les patrons, et pour rallier le prolétariat à la solidarité avec les immigrés et les minorités opprimées. Par exemple, le 9 février dernier, dans la région de San Francisco, nos camarades américains ont organisé un rassemblement de front unique basé sur les syndicats sur les mots d’ordre suivants : « Les lois anti-terroristes visent les immigrés, les Noirs, le mouvement ouvrier — Non à la loi USA-Patriot et à la loi sur la sécurité maritime ! A bas la chasse aux sorcières anti-immigrés ! »


En Europe il se passe des choses qui montrent la voie de la lutte des classes pour unir la classe ouvrière en défense de ses propres intérêts contre les attaques du capital. Depuis les métallos turcs et kurdes d’Allemagne jusqu’aux Asiatiques et aux Noirs travaillant dans les transports londoniens, les immigrés et leurs enfants sont une composante clé de secteurs stratégiques du prolétariat organisé. En Italie et en Allemagne, il y a des cas significatifs où des travailleurs ont rompu avec l’économisme étroit et le chauvinisme prônés par les bureaucrates syndicaux qui jouent leur rôle de « lieutenants ouvriers du capital ». Ainsi en Italie, la fédération syndicale CGIL et les COBAS ont appelé à des grèves générales de la classe ouvrière et des immigrés contre la loi anti-immigrés de Bossi-Fini et contre les tentatives du gouvernement de Berlusconi de « flexibiliser » le marché du travail et d’intensifier l’exploitation en supprimant des acquis syndicaux gagnés dans d’âpres luttes ! Rifondazione comunista, sous la pression de la colère populaire, se trouve maintenant obligée d’appeler à des manifestations pour faire fermer des centres de détention pour lesquels elle avait elle-même voté auparavant. Le 20 juin dernier à Berlin, sur la Potsdamer Platz, un piquet de grève massif d’ouvriers du bâtiment allemands a fait échec à une tentative de manipuler des immigrés portugais pour en faire des briseurs de grève : les grévistes ont invité les Portugais à se battre, aux côtés du syndicat, pour les droits de tous les travailleurs, y compris les étrangers. Les ouvriers portugais ont applaudi et refusé de traverser le piquet de grève et les grévistes se sont écriés : « Vive la solidarité internationale ». Comme l’ont dit nos camarades allemands dans leur tract à ces grévistes, cela montre que « les ouvriers allemands et immigrés ne peuvent faire avancer leurs intérêts qu’ensemble. Autrement, ils se feront battre chacun de leur côté. »


Mais les réformistes et les directions traîtres du mouvement ouvrier font obstruction aux avancées dans cette voie de la lutte des classes. Ils organisent les grèves non pour combattre la domination capitaliste mais pour faire pression sur les politiciens capitalistes à qui, en dernière analyse, ils sont redevables. Ainsi les directions syndicales du SPD ont mis fin à la grève d’IG Metall qui en mai dernier avait uni les ouvriers allemands, turcs et kurdes dans la lutte, dès que Schröder, le chef du SPD, a fait savoir qu’une grève de longue durée ferait perdre de l’argent aux capitalistes allemands (n’est-ce pas précisément le but des grèves, d’attaquer les capitalistes au portefeuille ?), ce qui mettrait le SPD en mauvaise posture pour les prochaines élections législatives. De même en Italie, Bertinotti, le chef de Rifondazione comunista (RC), ne soutient les grèves contre Berlusconi que dans la perspective explicite de remettre en place une coalition gouvernementale de centre-gauche pour mieux gérer les intérêts capitalistes. L’aile gauche de RC, le groupe « Proposta », reconnaît aujourd’hui que RC porte une part de responsabilité dans les lois anti-immigrés votées lorsqu’elle soutenait le gouvernement Prodi, mais son rôle est de maintenir les militants de gauche dans le giron du réformisme de RC. Comme l’ont noté nos camarades italiens en parlant de Proposta, « leur perspective c’est de construire non pas un parti d’avant-garde léniniste pour mener les ouvriers au pouvoir, mais un "pôle de gauche", qui fasse pression sur les directions réformistes et contribue à les remettre à la tête du gouvernement capitaliste » (Spartaco n° 60, mai 2002).


Pour une lutte socialiste pour une Europe ouvrière !


On ne peut éradiquer la montée de la démagogie raciste, les attaques du gouvernement contre les immigrés et la terreur des bandes fascistes que dans une lutte victorieuse contre le système capitaliste. Cette perspective est le point de départ fondamental qui sépare la LCI de tous nos concurrents dans le mouvement ouvrier. Le milieu anarchiste fait souvent preuve d’un courage admirable dans les manifestations contre le pouvoir en place, mais il n’a pas de programme pour combattre efficacement et encore moins remplacer le système capitaliste. Au fond leur vision est celle de libéraux qui font des combats de rue : ils préfèrent au dégoûtant réformisme parlementaire en costard-cravate une politique de pression en exprimant une colère légitime lors des « sommets » gouvernementaux des capitalistes. Mais il ne suffit pas de protester, il faut avoir une perspective de lutte pour transformer la société, pour renverser le système capitaliste rapace et créer un Etat ouvrier, premier pas nécessaire sur la voie d’une société sans classes au niveau mondial. Les anciens partis staliniens et les partis sociaux-démocrates ont fait la paix avec le capitalisme depuis longtemps. D’ailleurs, ils l’ont administré dans toute l’Europe et ont intensifié les attaques contre la classe ouvrière et les immigrés. Nos concurrents pseudo-trotskystes mènent leurs petites affaires à l’ombre de la social-démocratie parce que leur but n’est pas de forger un vrai parti léniniste en scissionnant la base des partis réformistes de leur direction procapitaliste, mais de faire pression sur leurs directions traîtres.


Sur la question de l’immigration, des groupes comme Pouvoir ouvrier appellent à « l’ouverture des frontières ». C’est un mot d’ordre séduisant, mais ce que cela veut dire pour les pays du tiers-monde c’est de laisser la porte ouverte aux investisseurs impérialistes. A un niveau plus général, c’est un mot d’ordre utopique et réactionnaire réclamant un monde égalitaire dans le cadre du capitalisme. Répandre l’idée qu’on peut rendre le capitalisme plus humain ou rationnel, c’est rétrograde. Contrairement à des groupes comme Pouvoir ouvrier, qui fait de grands discours contre le racisme et avance des mots d’ordre comme « Ouverture des frontières » mais qui soutient politiquement les sociaux-démocrates chauvins, nous cherchons à mobiliser d’urgence la classe ouvrière pour qu’elle lutte pour les pleins droits de citoyenneté pour tous ceux qui parviennent à franchir les frontières. Nous cherchons aussi à faire comprendre que la source de l’exploitation de tous les travailleurs, c’est le système de production capitaliste, défendu jusqu’au bout par l’Etat capitaliste. Tant que nous n’aurons pas d’économie socialiste, planifiée au niveau international et basée sur la propriété collectivisée, on ne pourra pas abolir l’Etat ou les frontières nationales. L’Etat-nation est la base de l’organisation de l’économie capitaliste, et le nier c’est capituler devant les « démocrates » bourgeois confus. Comme Lénine le faisait remarquer dans son discours d’avril 1917 sur la question nationale : « Que veut dire : "A bas les frontières" ? Ici commence l’anarchie […]. Le mot d’ordre "A bas les frontières" sera juste quand la révolution socialiste deviendra une réalité ».


Contre la forteresse Europe capitaliste, notre perspective est de lutter pour les Etats-Unis socialistes d’Europe, comme premier pas vital vers la révolution socialiste mondiale. L’instrument qu’il faut pour conduire la classe ouvrière au pouvoir, ce sont des partis léninistes, guidés politiquement par un programme prolétarien, révolutionnaire et internationaliste. Nous nous battons pour reforger la Quatrième Internationale fondée par Léon Trotsky. Malgré la régression actuelle de la conscience politique et l’immense fossé qu’il y a entre nos buts et les moyens que nous avons pour l’instant, il est évident que les travailleurs, les minorités opprimées et la jeunesse ne manquent pas de combativité et de volonté de se battre. Pour que leurs combats soient victorieux et que le piège de la politique de pression sur les réformistes ne fasse pas dérailler leurs luttes, il faut d’urgence construire une direction révolutionnaire. C’est ce pour quoi la LCI se bat, rien d’autre et rien de moins.


— 2 juillet 2002

Des nouvelles sur la situation en Grèce - - 31/12/2008

Pour le 09 Janvier des manifestations sont prévues dans toute la Grèce contre la privatisation de l’enseignement, et pour le 8 janvier dans tous les départements. On attend une nouvelle vague d’occupations plus fortes et massives.
Les manifestations d'étudiants et de jeunes se poursuivent en Grèce. Les occupations de postes de radios et de journaux continuent. Les occupations de l’école de Droit et de la Polytechnique sont maintenues. "Cependant, il semble y avoir un consensus sur la nécessité de quitter les universités et de semer l’esprit de la révolte dans la société en général". Source : Bellaciao.

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » - 28/12/2008

La lutte antiterroriste, avec ses sœurs cadettes que sont la lutte contre l’immigration clandestine et la lutte contre la drogue, ces luttes n’ont rien à voir avec ce qu’elles prétendent combattre. Ce sont des moyens de gouvernement, des modes de contrôle des populations par l’intimidation et la terreur. Ceux qui tiennent aujourd’hui en mains l’appareil d’État ont conscience de l’impopularité sans précédent des mises à la casse qu’ils appellent des réformes. Ils savent qu’une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine. Ils mettent en place un système terroriste pour prévenir et traiter les troubles graves qu’ils prévoient. Les événements de Grèce viennent encore renforcer leurs craintes, dont on peut penser qu’elles sont assez fondées. Car, comme il est écrit à l’article 35 de la constitution de 1793,
« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »
Lire la suite : http://lmsi.net/spip.php?article839

Change for peace - Stand by Me - 07/02/2009

Reçu aujourd'hui, au Maroc et grâce à Internet, de mon amie la merveilleuse artiste Marie Wermuth, ceci :
"Régalez vous, que du bonheur...et le monde nous offre la musique en partage!
Bisous, Marie"
J'espère que vous aurez 5 minutes pour prendre plaisir à écouter cette version de "Stand by me"
Ca a pris 10 ans au gars qui a produit ce programme pour parcourir le monde, rencontrer des musiciens de rue et enregistrer ces chants. Il a commencé à New-York quand il a entendu ce type chanter cette chanson. Il lui a demandé s'il pouvait l'enregistrer, ce qu'il fit, puis il partit à la Nouvelle-Orléans et dans différents pays autour du monde pour demander à d'autres de se joindre.


Hope you can take a minute to enjoy this amazing rendition of Stand by Me.
It took the fellow that produced this program 10 years to travel around the world and get street performers to record these songs . It started in New York when he heard a someone singing this song. He asked the street singer if he could get his equipment and record him , which he did, and then he moved on to New Orleans and different countries all over the world to ask others to join in.
Have a nice day,
Mony

http://www.youtube.com/watch?v=Us-TVg40ExM&feature=email
stef2702
This video is just PRICELESS !!! It's such a beautiful idea to gather people around the world as 1 TRIBE. We are all the same no matter skin colour, religion, politics... We are all HUMAN BEINGS ! Thank you so much to make me shade a tear thinking that there ARE people in this world who still believe in mankind ! Love you all !

Pour bien commencer la journée ! - 09/01/2009

http://www.youtube.com/watch?v=e-VrfadKbco&feature=related
et
http://www.youtube.com/watch?v=L6w1u8o9ZBc&feature=related


J'ai beaucoup aimé voir et écouter l'extraordinaire Miriam Makeba à tant d'années de distance avec une telle pêche !


"Hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux, de rébellion, de bienfaisance, sinon tu seras en retard sur la vie, la vie immédiate"
René Char


Et n'oublions pas de rire avant, peut-être, d'en mourir ;-)
http://www.youtube.com/watch?v=i99k7nCnVwM&feature=related

- 14 centimes la photo, 14 centimes ........ qui dit mieux ? - 04/01/2009

J'adorrre ce mec, Daniel Castets, nom de code : LA GRENOUILLE. Heureusement qu'on l'a pour parler HAUT et FORT et VRAI, sans compromission jamais. Voici la perle reçue dans sa lettre d'infos du Nouvel An :


- 14 centimes la photo, 14 centimes ........ qui dit mieux ?


------ Message transféré
De : C...... T..........
Date : Wed, 10 Dec 2008 14:50:50 +0100


Madame, monsieur,


Je vous prie tout d’abord de m’excuser pour ce multiple envoi vers les différents pôles du groupe Prisma.
J’ai souhaité vous contacter de la façon la plus large possible car ma proposition concerne l’ensemble de vos services.
Etant donné vos activités, l’achat d’images par votre groupe doit représenter un poste de dépenses très conséquent. Pour cette raison, je vous propose de découvrir nos offres d’abonnement qui vous permettront de trouver des images à un prix défiant toute concurrence (à partir de 0,14 euro l’image).
Certaines publications de votre groupe achetant déjà leurs images chez Fotolia, vous aurez très probablement des collègues à même de vous expliquer les nombreux avantages de Fotolia (vaste catalogue, récupération des images très facile, utilisable 24/24h, les prix les moins élevés du marché de l’image…).
Je me tiens donc à votre disposition pour discuter d’une solution globale qui permettrait au groupe Prisma de souscrire à un abonnement, qui serait utilisable pour toutes vos activités et qui vous ferait payer vos images à un prix qu’aucune autre banque d’images ne vous proposera.


Je vous prie d’agréer, madame, monsieur, l’expression de mes plus sincères salutations.


C....... T.........
Responsable Commercial France
Tel : 08 70 465 265
Fax : 01 72 70 44 93
Mail : charles@fotolia.com
http://www.fotolia.com


Voilà le mail qui est venu se perdre dans les BAL de quelques photographes. Il se retrouve sur plusieurs forums où il fait scandale.
L’année dernière à la même époque, je vous parlais des photos de 15 à 50 Euros. Depuis il y a eu du progrès, nous en sommes à moins de 15 centimes.
Vous imaginez un peu si on payait le beef, le pain, l’essence, le médecin, le plombier, 10 fois moins cher que l’année dernière et 100 fois moins cher qu’il y a 10 ans ?


Comment s’étonner de la chute vertigineuse et continue des ventes photos des photographes indépendants ?
Il reste quoi au photographe qui compte faire vivre sa famille, 7 centimes moins les cotisations ?
Même s’il vend 100 photos par mois (je sais, c’est impossible), ça fait 60 €.


Chers amis photographes de tout poil, ne déposez pas chez ces tueurs de photographes.
Chers amis éditeurs de tout poil, n’achetez pas de photos à ces tueurs car dans quelques
temps, vous ne trouverez plus de photographes à qui vous voudrez acheter des vrais photos,
même à prix d’or. Vous trouverez des photos de m...., a prix d’or.
Il n’y a aucun doute, ils veulent nous rayer de la planète pour faire leur business.
Au bout du compte, ils vendront ce qu’ils veulent au prix qu’ils veulent.
Comme disait le père Getty: “La photo, c’est l’or noir du XXIeme siècle”.
Daniel CASTETS
Allez voir ces photos à 14 centimes d'euros, ça vaut son pesant de caca-huètes. Ah, beauté sublime ! On rigole... Drôle de monde, on ne regarde pas les mêmes choses de la même façon, et tant mieux. Rien que pour "ca" "ca" vaut la peine de préparer la révolution.
Xavier

Liberté pour Julien et Yldune - 27/12/2008

La mascarade continue
Liberté pour Julien et Yldune
Incarcérés sans aucune preuve
samedi 27 décembre 2008, par Olivier Bonnet
Vous qui avez passé Noël parmi vos proches et vous apprêtez à fêter le nouvel an, ayez une pensée pour ces deux victimes de l'acharnement d'État, qui s'applique à fabriquer l'épouvantail de "l'ultra-gauche anarcho-autonome". "C'est clair, on veut casser mon fils ainsi que sa compagne Ylunde, il y a une volonté de les humilier", accuse Gérard Coupat, qui "a exprimé tout à la fois sa "consternation", sa "colère" et "sa grande peine" devant les "humiliations infligées" à son fils, notamment lors des fouilles à corps, "nu devant des policiers hilares" (...)
Gérard Coupat parle d’or : "Depuis le 11 septembre 2001, on a affaire au marketing de la peur. C’est un mode de gestion politique. Et si, autour de la jeunesse de banlieue, a été dressé une sorte de « cordon sanitaire », là, à travers les jeunes de Tarnac, le pouvoir vise essentiellement les jeunes politisés issus de la classe moyenne, celle qui est en train de s’en prendre plein la gueule en ce moment. La classe politique sait qu’en janvier et en février, ça va péter. Parce qu’on ne peut pas accepter 150 000 chômeurs en plus et, dans le même temps, des milliards pour sauver les banques, ni des suppressions de postes dans l’éducation nationale alors que cela fait deux générations que l’école est en panne. Il va donc y avoir des manifestations dans lesquelles on trouve cette jeunesse issue des classes moyennes, qui commence à remuer parce que, ayant fait quelques études, elle sait qu’on est en train de l’envoyer dans le mur, qu’on est en train de mettre en place une société inacceptable pour elle. Comme le pouvoir ne veut surtout pas que cette jeunesse puisse être l’élément déclencheur d’une révolte, il la met en taule."
Lire la suite : http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1040

RAPPEL : Libérez les jeunes emprisonnés depuis les révoltes de 2005 - 18/12/2008

Ne laissons pas punir les pauvres, Pour un soutien aux émeutiers inculpés
Par François Athané, Novembre 2005
http://www.lmsi.net/article.php3?id_article=481
Introduction
Pourquoi les illégalismes commis par de multiples mouvements sociaux nous paraissent ne pas devoir faire l’objet de poursuites judiciaires, alors que ceux commis par les prétendus "émeutiers" ne reçoivent, pour le moment, presque aucun soutien de ce genre ? Les luttes sociales comportent toujours, en leur sein, une lutte pour dire quelles sont les formes légitimes de la lutte. Sur ce plan, nous - acteurs des mouvements progressistes, militants associatifs, syndicaux et des partis politiques de gauche - avons perdu beaucoup de terrain - le droit de grève étant lui-même insidieusement remis en cause. Toutefois, l’actualité française, après douze nuits d’insurrection dans nos banlieues, requiert que cette question soit posée de la façon la plus explicite possible. Je souhaite montrer, dans les lignes qui suivent, que les diverses raisons exposées à gauche pour se désolidariser des jeunes révoltés de ces dernières nuits méritent d’être réexaminées, et qu’elles ne résistent pas à l’examen.
Article
Quand les postiers de Bègles commettent des actes illégaux dans leur lutte légitime, en séquestrant leur supérieur hiérarchique, nombreux sont les acteurs du mouvement social qui les soutiennent, demandent l’abandon des poursuites ou appellent les juges à la clémence.
Quand les lycéens commettent des actes illégaux dans leur lutte légitime, en cadenassant l’entrée de leurs bahuts, nombreux sont les acteurs du mouvement social qui les soutiennent, demandent l’abandon des poursuites ou appellent les juges à la clémence.
Quand les marins de la SNCM commettent des actes illégaux dans leur lutte légitime, en détournant un navire, nombreux sont les acteurs du mouvement social qui les soutiennent, demandent l’abandon des poursuites ou appellent les juges à la clémence.
Mais quand la lutte n’est pas tout à fait ce qu’on croit qu’elle devrait être, quand il n’y a ni porte-parole, ni organisation, quand ce sont les plus déshérités des dépossédés qui commettent des actes illégaux, alors tout change : on a beau reconnaître que leur colère est légitime, on a beau entendre, dans les bribes d’interviews que nous en proposent les journalistes, que leur discours est plus et mieux politisé, plus lucide que celui de la plupart de nos élus, personne ou presque ne les soutient, ne demande l’abandon des poursuites, ni n’appelle les juges à la clémence (à l’exception de quelques structures très minoritaires, telles que les Indigènes de la République ou DiverCité).
J’aimerais bien qu’on m’explique cette petite incohérence. Je crains qu’elle soit beaucoup plus difficile à justifier qu’il n’y paraît.
L’article de Dominique Simonnot, paru le 9 Novembre dans Libération, ainsi que divers comptes rendus d’audience ayant circulé sur la toile, ont pourtant la vertu de nous informer clairement du genre de "justice" qui est en train d’être rendue pour cette série de cas : on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.
Examinons donc les apparences de bonnes raisons avancées à gauche pour ne pas se solidariser avec les jeunes interpellés lors de ces dernières nuits.
Pour lire la suite : http://www.lmsi.net/article.php3?id_article=481

Géant ! Un clip de l'UMP sur la France qui change... - 03/12/09

... mais mais mais... en fait toutes les images ont été filmées aux USA :-)!!!
Ils sont vraiment formidables ces pseudo "gouvernants".
Vraiment doués pour faire de plus en plus N'IMPORTE QUOI :-)
A toutes les sauces. A chaque jour sa nouvelle bourde.
NULS sur tous les terrains et en toute occasion.
Pour de la communication, ils ont gagné le pompon.
Bravo la France de l'UMP ! Merci Getty :-))


Mais COMMENT font-ils pour nous faire autant RIRE et se renouveler avec une telle constance en termes de CONNERIE ?
Plus bêtes qu'eux, tu meurs.
Bêtes, merveilleusement magiquement limpidement bêtes...
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain !
Ils ne tiennent vraiment que parce qu'il n'y a plus personne de sérieux en face...
"La crise de l'humanité est la crise de la direction révolutionnaire du prolétariat."
(Léon Trotsky, Programme de transition - L'agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale)
http://www.dailymotion.com/video/xbcuiu_pour-son-clip-lump-achete-les-video_news

Clip UMP, Disneyland ou la France imaginaire de Sarkozy … - 05/12/09

Une analyse brillante et passionnante du clip de l'UMP récemment signalé, par Olivier Beuvelet, professeur de Lettres Modernes et chargé de cours en esthétique de l'image à Paris 3 – Sorbonne Nouvelle :
"ce clip UMP est si “imaginaire” qu’il devient presque inattaquable, sauf à dire que ses auteurs sont tout simplement devenus fous, ou qu’ils prennent les membres de l’UMP pour des demeurés ou des esclaves enchaînés à leur silence au fond d’une caverne…et à qui Sarkozy dirait voici la France que j’ai créée …
Mais tout de même, il n’est pas anodin que ce soit justement des images américaines qui aient pu le mieux exprimer la manière dont la frange sarkozyste de l’Ump voit la France… Et en particulier ces trois questions visiblement si difficiles à illustrer à la française que sont l’écologie, la diversité et la retraite… Autant de représentations qu’il vaut mieux confier aux bons soins de la fiction hollywoodienne.
Lire l'intégralité ici :
http://punctum.blog.lemonde.fr/2009/12/04/le-clip-ump-ou-les-splendeurs-de-limaginaire-americain/

Nicolas Sarkozy était un agent de la STASI - 05/12/09

"Le 9 novembre au matin, nous nous intéressons aux informations qui arrivent de Berlin, et semblent annoncer du changement dans la capitale divisée de l’Allemagne". C'est via Facebook que le président français a décidé de révéler son passé d'agent de la STASI infiltré en France. Ce 9 novembre 1989 au matin, alors que rien ne laisse présager que la chute du mur de Berlin est imminente, Nicolas Sarkozy reçoit des informations confidentielles de son état-major. Il fait alors partie de la petite poignée d'initiés qui sait que le dénouement est proche.


Le désordre qui règne autour de l'aveu du président français marque le désarroi de son entourage. Les rectificatifs succèdent aux démentis. On parle du 10, du 11 et finalement du 16 novembre. Mais l'entêtement du chef de l'État résonne comme un aveu, comme la volonté de se libérer de ce trop lourd passé.


Il faut dire que le coming-out présidentiel éclaire d'un jour nouveau la politique trop grossièrement capitaliste menée depuis mai 2007. Accroître les inégalités, prendre aux pauvres pour donner aux riches, criminaliser la pauvreté, creuser les déficits, démanteler les services publics, supprimer les acquis sociaux : tous les éléments d'une logique ultra-libérale poussée jusqu'à l'absurde avec pour seul but de préparer les français à la révolution bolchévique. "Avec le recul, on voit bien que toute son action s'inscrit dans une volonté de dégoûter le peuple du capitalisme. Il a labouré un terrain propice à la colère et à la révolte. Tous les ingrédients sont réunis pour que ça explose" analyse froidement un député UMP. "
LIRE LA SUITE ICI :
http://onsefechier-anatic6.blogspot.com/2009/11/nicolas-sarkozy-etait-un-agent-de-la.html

Que fait-on face à l’intolérable ? - 02/12/09

Comme le rappelle Alain Brossat, « La question, infiniment sérieuse et irrésolue pour le temps présent, est bien celle-ci : que fait-on face à l’intolérable ? »
Le bon Dieu sans confession : quand la France exporte ses pratiques de torture
Un article remarquable du poète et philosophe Olivier VERDUN qui depuis le 15 novembre n'a reçu que 533 visites ! Allez vite corriger cela et faites-le connaître autour de vous.
http://www.larevolutionencharentaises.com/spip.php?article302
LIRE AUSSI SANS FAUTE : Visages de la torture made in Hexagone
Marie-Monique Robin, "Escadrons de la mort, l’école française", La découverte.
"Une enquête impitoyable, qui fouine dans une zone de la mémoire collective qu’ils sont nombreux à tenter d’escamoter. Pour écrire Escadrons de la mort, l’école française, Marie-Monique Robin a mené un impressionnant travail d’investigation, grattant le vernis historique là où ça fait mal, en pleine barbarie coloniale. Ce qu’elle raconte n’est pas vraiment raccord avec les manuels scolaires. Bizarrement."
En une enquête hallucinante, la Journaliste (avec un grand J) Marie-Monique Robin plonge dans cette période immonde, enquêtant dans les milieux les plus nauséabonds en se faisant passer pour une historienne d’extrême-droite. Fouinant dans le corpus théorique de l’armée française des années de guerre coloniale, elle met implacablement en lumière le magistère de la France en matière de torture planifiée, rationnelle.
Escadrons de la mort, l’école française est un livre qu’il faut lire. Ne serait-ce que pour comprendre le recours à la torture, de l’Algérie à Guantanamo, de l’Argentine au Vietnam, partout où les écrits de quelques haut-gradés de l’armée française et leurs enseignements ont servi de bréviaire aux bourreaux en uniforme.
La suite ici :
http://www.article11.info/spip/spip.php?article630
Et le film là :
http://www.youtube.com/watch?v=g_KLc92Nub0

« Comment avons-nous pu supporter ce système aussi longtemps ? » Le nouveau Michael MOORE à ne pas manquer, dès le 25 novembre ! - 23/11/2009

« Le capitalisme est une bête, qui a faim 24 heures sur 24, et sept jours sur sept. La bête doit mourir ».
http://lebuzz.info/2009/09/32218/dossier-michael-moore-presente-capitalism-a-love-story/
"Capitalism : A Love Story" se termine par la phrase : « Le Capitalisme est le Mal (« Capitalism is evil »). Et ce mal doit être éliminé. » Puis on entend l’Internationale… Le « Mal » est copieusement illustré : pilotes de ligne payés moins de 20 000 dollars par an qui font appel aux coupons alimentaires de l’aide sociale ; prison privée pour adolescents dont l’un des actionnaires est le juge local ultra-répressif (ce qui lui permet de rentabiliser son placement) ; entreprises comme Wal-Mart ou Bank of America qui souscrivent des assurances vie sur certains de leurs employés dont elles ont calculé qu’ils mourront sans trop tarder. Le nom de la police d’assurance ? Dead Peasant (Paysan mort)… Quand la droite religieuse sacralise le capitalisme sauvage, le réalisateur lui répond en interrogeant le prêtre qui l’a marié : « Comment avons-nous pu supporter ce système aussi longtemps ? »


http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-11-19-Michael-Moore


Des gamins illégitimement envoyés en centre de rétention au prix de petits arrangements sonnants et trébuchants entre les gérants de la geôle et un juge véreux. Des prêts quasiment gratuits accordés en loucedé par des banques aux plus hauts représentants de l'Etat, dont le responsable de la lutte contre... la fraude aux prêts bancaires. Juteux business. Ce "coup d'Etat financier" que constitue le plan Paulson (de sauvetage des banques), voté en extrême urgence en contrepartie de supposés "cadeaux". Bling bling. Les centaines de milliards de dollars injectés dans les banques qui profitent surtout à une minorité... ceux qui se sont succédé au gouvernement, à savoir les principaux dirigeants des banques américaines. Le hic, c'est que personne ne sait où est parti l'argent... ce qui n'émeut pas grand monde. Curieux...


Quand les patrons spéculent sur la mort de leurs employés...


Un des moments forts du film est certainement l'interview de l'avocat Mike Myers, qui dénonce les "dead-peasants insurances", aussi appelées "corporate-owned life insurances" (COLI). Pour faire bref, ce sont des assurances vie secrètement contractées par les employeurs sur la tête de leurs salariés... pour leur seul bénéfice ! Qu'un salarié meurt, et l'entreprise touche un petit pactole : entre 50 000 et 5 millions de dollars. Si une femme décède jeune, c'est le jackpot, son espérance de vie théorique étant des plus élevées. Bingo !


Et pas un dollar ne sera versé à la famille de la victime... qui devra s'endetter pour payer les obsèques. Un cas extrême, une exception, un scandale ? Pas du tout, ces "investissements" sont même déductibles de l'impôt sur les sociétés. On aurait tort de se gêner. Visez donc cette liste, établie par Mike Myers. Les plus prestigieuses entreprises américaines seraient concernées (American Express, Bank Of America, Coca-Cola, Dow Chemical, Wal-Mart, Walt Disney...). Sans rire, ces subtils spéculateurs pondent régulièrement des rapports pour identifier les "problèmes" de rendement au sein des entreprises. Comprenez : pourquoi si peu de morts dans certaines sociétés...


22 octobre 2009 10:20, Les mots ont un sens, par Napakatbra http://www.lesmotsontunsens.com/capitalism-a-love-story-michael-moore-5913


« Le capitalisme, c’est le mal, et vous ne pouvez pas réguler le mal ».
Le portrait sinistre du capitalisme, la dénonciation de l’impact désastreux des puissances financières sur la vie des Américains…
« Le capitalisme aiguillonne toujours les plus bas instincts : bats ton prochain, montre-lui que tu es le plus fort ! C’est pourquoi je pense que le capitalisme n’est pas réformable. Il doit être éliminé. Il est insensé de vouloir réformer quelque chose dont les fondements sont erronés ».

Lire les intéressantes critiques des précédents films de Michael MOORE ici :
http://www.icl-fi.org/english/wv/archives/oldsite/2004/Fahrenheit-829.html
et ici :
http://www.icl-fi.org/english/wv/896/sicko.html

Les Petits Baigneurs de l'UMP : "VIVEMENT LES REQUINS POUR CES CONS" !!! - 01/12/09

C'est marrant de voir les jeunes UMP jouer à Greenpeace. Aussi drôle que d'imaginer des punks à chiens jouer au Polo...
http://www.dailymotion.com/video/xbbr2y_nepotisme-pour-des-jeunes-ump-en-in_news
Dimanche 29 novembre 2009, neuf jeunes UMP se sont baignés dans la Seine à la hauteur du quai de Conti avec pour objectif de faire prendre conscience de l'urgence climatique.
Seulement... la baignade étant interdite dans la Seine... des policiers, arrivés pour verbaliser cette infraction, ont vite rangé les PV suite à un coup de téléphone ;-)
Canal + dans son Petit journal a montré les forces de l'ordre verbalisant les baigneurs (eh oui, se baigner dans la Seine à Paris, c'est interdit...) et ces braves militants ont courageusement appelé leurs sugardaddies de l'UMP pour faire lever les contraventions !!!
Pas de discours... et même pas cap' d'assumer !
Commentaires sweet and sour sur Daily Motion :
"VIVEMENT LES REQUINS POUR CES CONS!"
"Les jeunes UMP sont des VOYOUS !
Privés de Rolex pour Noël, fallait pas faire le rebelle !"
Et sur le site des jeunes UMP :
"Pouvez-vous m’expliquer quel est le message que vous souhaitiez diffuser:
_prévenir du réchauffement climatique par ce geste symbolique
_dire qu’à l’UMP, vous êtes 9 à vous baigner plus 60 à regarder
_qu’à l’UMP, on se baigne illégalement et qu’on fait venir X membres des forces de sécurité intérieure.
merci de votre précision."
Je cite: « Au début, la police a cru à une manifestation de sans-papiers. Quand ils ont eu la certitude qu’on était de l’UMP, ils ont compris qu’on ne voulait pas faire de mal à quiconque »… Ou comment stigmatiser toute une partie de la population… Le jour où vous ferez des actions similaires pour le droit au logement et contre la faim, on en reparlera mais là votre action est juste pitoyable, et sa conclusion odieuse!
"Les Petits Baigneurs.
Ah, vous avez donc corrigé cette affligeante faute d’orthographe !
Les jeunes UMP se baignent dans la « scène »…
C’est bien joli de récupérer une cause qui n’est pas la vôtre, mais vous ne pouvez pas savoir ce que vous avez l’air de péquenots !
La stratégie de communication a ses limites : vous venez de le prouver à vos dépens. Mon Dieu que c’est pathétique de voir cette jeunesse dorée qui y va de sa petite trempette… jusqu’au nombril, centre de leur univers.
Jeunes UMP : ton univers pitoyable !"


« Au début, la police a cru à une manifestation de sans-papiers. Quand ils ont eu la certitude qu’on était de l’UMP, ils ont compris qu’on ne voulait pas faire de mal à quiconque »
Bande de c@nn%* »-
Genre : des sans papiers c’est dangereux, il faut verbaliser, surtout qu’ils n’ont probablement pas bcp d’argent.
- Ah non, c’est des gosses de riches de l’UMP, retirez les PV sinon le Roy va nous gronder…"


"Merci au grand journal de Canal+ de vous faire passer pour ce que vous êtes :
Des pétochards superficiels et protégés par votre statut officiel de lèche-cul.
Vous ferez quoi quand Copenhague aura abouti à des fausses promesses revues à la baisse? "


"J’hésite à me perdre en propos injurieux suite au visionnage de votre vidéo affligeante. Votre propos, vos charmantes combinaisons et le nombre de caméras donnent bien à voir un noyau doré de gamins niais et coupés du monde. Je vous ignorerais bien si je ne savais pas que vous êtes le vivier des futurs élus UMP."


"Mais bravo !!!!! wowwwwwwwww !!! hahahaha !! les zombies sont de sorties !!
hahahahaha !!
ridicule, inutile, et encore re ridicule, et inutile : looser .
L’avenir pour moi quand je vous vois : mourir ! ou devenir terroriste ! hahahaha"

Sur France 4 : enquête sur les négationnistes climatiques - 07/12/09

Sur France 4 : enquête sur les négationnistes climatiques. Les diffusions : mercredi 09 décembre à 22h10, samedi 12 décembre à 18h05, lundi 14 décembre à 00h40.
Mercredi 9 décembre à 22h10 sur France 4, ne ratez pas Enfumés !, une enquête documentaire inédite de Paul Moreira sur le lobby pétrolier américain et l’action des négationnistes climatiques. Le journaliste revient sur cette tempête politique montrant comment les industriels du pétrole, du charbon et de l’automobile ont placé leurs agents d’influence au cour même de l’administration américaine.


Enfumés Mercredi 09 décembre à 22h10 sur France 4


Ce que raconte le documentaire :


KYOTO, décembre 1997. Pour la première fois 160 nations envisagent de réduire leurs émissions de CO2. Parmi elles, les Etats-Unis d’Amérique sans lesquels aucune politique mondiale n’est possible. Le vice-président Al Gore prononce une phrase qui sonne comme une déclaration de guerre : « Dans mon pays, nous nous souvenons des industriels du tabac qui nous expliquaient que fumer n’était pas mauvais pour la santé. A ceux qui vont chercher à faire obstruction à notre démarche nous disons : nous ne vous laisserons pas mettre des intérêts privés étroits au dessus de ceux de toute l’espèce humaine… » Certaines industries vont se battre contre les décisions prises à Kyoto car pour elles, réduire les émissions de CO2 signifie réduire la consommation et donc leurs chiffres d’affaires. Un lobby aussi implacable que discret va tout faire pour freiner ce processus. Les lobbyistes vont infiltrer l’appareil d’état, séduire, menacer les politiques, modifier les lois. Ils vont financer une extraordinaire machine de guerre visant à nier l’urgence climatique.


2001 : George W. Bush est élu. L’enquête montre comment les industriels du pétrole, du charbon et de l’automobile vont placer leurs agents d’influence au cour même de son administration. L’un de ces lobbyistes, Philip Cooney, va devenir l’interface entre la communauté scientifique du climat et la présidence des Etats-Unis. Il a travaillé pendant 15 ans pour l’institut du pétrole américain et son infiltration au cœur de la Maison Blanche en tant que chargé du climat au Conseil de la Qualité Environnementale aurait dû rester secrète. C’était sans compter sur Rick Piltz, un modeste fonctionnaire chargé d’éditer les travaux des scientifiques sur le climat. Piltz va être témoin des pressions exercées par Philip Cooney sur la recherche. Il va découvrir que les rapports des scientifiques sont massivement modifiés, amendés, tronqués par Cooney. En y injectant le doute, il va en altérer le sens … Là où les scientifiques avaient mentionné des certitudes, il glisse des « peut-être »…Rick Piltz décide de quitter son travail avec les documents qui établissent l’infiltration du lobby pétrolier. Il donne l’alerte, devient un « whistle blower ». L’information fait la UNE du New York Times. En 2007, les parlementaires démocrates demandent une commission d’enquête. Ils veulent entendre Philip Cooney et lui faire avouer qu’il n’était pas un simple fonctionnaire au service du bien public mais un agent du lobby pétrolier. Paul Moreira a obtenu l’autorisation de filmer les auditions devant le Congrès. Dans une dramaturgie évoquant un moment de cinéma, l’agent d’influence est passé sur le grill. Les auditions vont révéler les méthodes très particulières du gouvernement Bush et ses liens organiques avec l’industrie pétrolière. Ainsi, un document destiné à rester secret est produit : c’est un plan d’action élaboré par le lobby pétrolier, une feuille de route pour manipuler l’opinion publique et retarder les décisions. Un climat d’intimidation qui touchait non seulement l’administration mais aussi les institutions comme la NASA. A cause des manœuvres des lobbies industriels et des blocages du gouvernement Bush, un temps précieux a été perdu. Les spécialistes disent une dizaine d’années. Après l’élection de Barack Obama, la position des climatologues et des écologistes va être entendue. L’objectif de la nouvelle administration américaine, bien disposée à lutter contre le réchauffement climatique est le suivant : ramener les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis à leur niveau de 1990 d’ici 2020.
http://www.cdurable.info/Une-semaine-sur-CDURABLE-info-l-essentiel-du-Developpement-Durable-Copenhague,2184.html

FOOD,inc : le documentaire choc sur l’industrie alimentaire - 07/12/09

http://www.cdurable.info/Une-semaine-sur-CDURABLE-info-l-essentiel-du-Developpement-Durable-Copenhague,2184.html
- FOOD,inc : le documentaire choc sur l’industrie alimentaire. Découvrez depuis le 2 décembre au cinéma, le documentaire sur l’industrie alimentaire qui a secoué les Etats-unis. Food, Inc décortique les rouages d’une industrie qui altère chaque jour notre environnement et notre santé. Des immenses champs de maïs aux rayons colorés des supermarchés, en passant par des abattoirs insalubres, un journaliste mène l’enquête pour savoir comment est fabriqué ce que nous mettons dans nos assiettes. Derrière les étiquettes pastorales de " produits fermiers ", il découvre avec beaucoup de difficulté le tableau bien peu bucolique que les lobbys agro-alimentaires tentent de cacher : conditions d’élevage et d’abattage du bétail désastreuses, collusion entre les industriels et les institutions de régulation, absence de scrupules environnementaux, scandales sanitaires... Éleveurs désespérés, experts indépendants, entrepreneurs intègres et défenseurs du droit des consommateurs esquissent, chacun à leur manière, le portrait d’une industrie qui sacrifie la qualité des produits et la santé de ses clients sur l’autel du rendement.

Un soir pour la terre, mardi 8 décembre dès 20h35 sur France 2. - 07/12/09

Un soir pour la terre, mardi 8 décembre dès 20h35 sur France 2. Intitulée Un soir pour la terre, cette émission spéciale débutera par la diffusion d’un documentaire inédit signé Yann Arthus-Bertrand. Dans son film de 90 minutes, le célèbre photographe emmènera le téléspectateur à la découverte de zones méconnues et à la rencontre de personnes qui se battent quotidiennement contre les effets du réchauffement climatique. Entre images vues du ciel bouleversantes de beauté et d’autres affolantes de gravité, Yann Arthus-Bertrand se penchera sur le cas du Bangladesh où vivent les premiers réfugiés climatiques. Au Mali, les habitants luttent contre la famine et la sécheresse. Des avions y font tomber la pluie en se glissant dans les nuages ! Au total, ce sont 17 pays que Yann Arthus-Bertrand a traversé pour alerter sur les effets désastreux des évolutions climatiques. Rediffusion de Home après le débat En deuxième partie de soirée, les téléspectateurs retrouveront Yann Arthus-Bertrand aux côtés de Marie Drucker pour animer un grand débat en direct : Agir, vite et comment ? La journaliste interrogera des invités tandis que le documentariste apportera son témoignage. Seront conviés sur le plateau : le ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo, le député européen Daniel Cohn-Bendit, ainsi que Ségolène Royal, ancienne ministre de l’environnement. France 2 proposera à ses téléspectateurs de poser leurs questions par le biais du site internet de la chaîne. Enfin, le débat sera suivi de la rediffusion du film HOME de Yann Arthus Bertrand.
http://www.cdurable.info/Une-semaine-sur-CDURABLE-info-l-essentiel-du-Developpement-Durable-Copenhague,2184.html

LIRE : Pour une Vie Réussie, un Amour Réussi - 07/12/09

ARNAUD DESJARDINS, SWÂMIJI PRAJNANPAD ET L’AMOUR


Je viens d'achever la lecture d'un livre absolument remarquable d'Arnaud Desjardins :
Pour une Vie Réussie, un Amour Réussi, Paris, La Table ronde, 1985


A mettre en pratique et donc à VIVRE, et aussi à mettre entre toutes les mains ... ou en cadeau sous l'arbre de Noël. La réponse à nombre de questions difficiles, avec beaucoup de subtilité.
J'ai lu de nombreux livres sur la méditation et le yoga, que je pratique, et pour avancer chaque jour sur la voie initiatique que je parcours et construis : celui-ci est vraiment l'un des meilleurs en ce qu'il sera sans cesse utile, et nous emmène avec clarté dans la clarté :-)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arnaud_Desjardins


Les cinq critères pour un amour réussi : résumé très succinct d’une partie du livre de Arnaud Desjardins «Pour une vie réussie, un amour réussi». Éd. de La table ronde


1) «A feeling of companionship». Le sentiment d’être deux compagnons. Le sentiment de ne plus être seul. Je ne suis plus seul(e), j’ai le sentiment d’avoir un compagnon, une compagne. Le mari ou la femme, ou le conjoint et la conjointe, doivent aussi être les meilleurs amis ; chacun doit être notre meilleur(e) ami(e). C'est-à-dire être capable de tout partager. p. 163


2) «At easeness». Être à l’aise. Le fait que les choses soient faciles, aisées. On ne souffre nulle part. On est bien. C’est se sentir parfaitement bien, tout est aisé, tout est facile. En résumé, une relation facile qui ne m’amène pas à gaspiller une grande quantité d’énergie en émotion, qui ne m’oblige pas à lutter contre les émotions. p. 164


3) «Two natures which are not not too different». Deux natures qui ne soient pas trop différentes. Il est normal qu’il y ait une différence et une complémentarité entre deux conjoints. Nous ne trouverons jamais notre alter ego. De vouloir que l’autre soit un autre soi-même est une demande infantile, indigne d’un adulte, destructrice de toute tentative de couple. L’autre est un autre.( À titre d’exemple : une femme qui aime les bals, les bijoux et la vie sur une tribune ne pourra s’entendre avec un homme qui aime la nature, les lieux calmes et feutrés ou les promenades en forêt, ni l’homme avec elle.) cette phrase entre parenthèses est de moi. p. 166


4) «Complete trust and confidence». Est-ce que la confiance existe ? Est-ce que je sens en moi cette confiance complète ? Est-ce que cet homme, cet femme a su m’inspirer cette confiance ? Quand il n’y a pas confiance, c’est parce qu’il y a peur. Ayez le courage de le voir et comprenez que sur cette fondation aucun amour durable, susceptible de croître, de s’épanouir n’est possible. Seule cette confiance complète élimine le poison de l’amour : la jalousie. Il existe parfois des blessures anciennes qui viennent perturber une relation par ailleurs prometteuse. Ce genre de blessure existe très souvent dans votre inconscient et ne facilite pas la communion, l’approche ouverte, le don mutuel de soi dans l’amour. C’est pourquoi ce critère est si important. p. 168


5) «Strong impulse to make the other happy». Forte impulsion spontanée à rendre l’autre heureux. C’est moins simple que ça en a l’air. Il y a une manière égoïste de vouloir rendre l’autre heureux, dans laquelle l’autre n’est pas vraiment en question. C’est l’autre tel que je le vois à travers mes projections, mes demandes à moi. Donner, ce n’est pas donner ce que nous avons envie de donner tel que nous voulons qu’il soit, mais au partenaire tel qu’il est et tel que nous avons à apprendre à le voir, à le comprendre et à le ressentir. Ici intervient l’intelligence du cœur que voilent les émotions. p. 170
http://www.twikeo.com/que-pensez-vous-d-arnaud-desjardins--q12015.html

"Les profiteurs de la peur", leurs conflits d'intérêts et leur business autour de la grippe A H1N1. Intégralité du documentaire ARTE "Un virus fait débat" - 07/12/09

Intégralité du documentaire ARTE "Un virus fait débat"
Sandrine Bachelot a des liens très proches avec les fabricants du fameux vaccin. Elle a travaillé longtemps pour eux en tant que lobbyiste.
"On doit s'interroger lorsqu'un élu qui représente l'intérêt public, l'intérêt général, cache pendant quelque temps une partie de son passé, et notamment ses 12 ans de travail pour l'une des industries les plus puissantes qui soient: celle pharmaceutique. Industrie dont on sait qu'elle entretient aussi l'un des lobbies les plus actifs, les plus acharnés et qui ont le plus d'influence sur les hommes politiques, y compris au sommet de l'Etat."
Là où elle est maintenant, elle ne saurait être mieux placée.
Et puis quand on parle de pandémie de grippe, de l'identité nationale, etc. on cultive la peur, qui est juste le contraire de l'amour. On tente de nous égarer loin des vraies questions, celles qui remettraient en cause le pouvoir des privilégiés assis sur les branches pourries du système d'exploitation capitaliste.
Il suffit que l'OMS, instance de tous les pantouflages et liaisons dangereuses, donne l'alerte à la pandémie, et les firmes donnent l'alerte à leur valetaille, qui se charge aussi de la rétroaction sur l'OMS... Parler de ghost management n'est pas de la science-fiction: la gestion est là, invisible mais omniprésente, exerçant un contrôle total à tous les niveaux.


Voici les quatre parties du documentaire diffusé le 20 octobre 2009 sur ARTE.
TRES INSTRUCTIF. ALLER EN BAS DE PAGE ICI :
http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/11/01/les-profiteurs-de-la-peur-et-leurs-juteuses-affaires-autour.html

Le forum - 08/12/09

le forum
c’est un lieu sans frontière
si ce n’est la règle
collée en première page
c’est un lieu sans visage
sauf exception notable
plein de voix
voix d’enfants
voix d’adultes
superposées et comparables
voix suppliantes
voix dramatiques
voix de stentor
voix éraillées
voix nettoyées par des années d’errance
voix lessivées par les peines quotidiennes
voix enjouées des protestataires, des vainqueurs et des malicieux
voix tournées vers le passé
vers l’avenir
vers l’incertain
c’est un lieu de passage
qu’on ne veut pas quitter
un lieu d’initiation
où tout se réapprend
dans le silence des intimités dévoilées
et la discrétion des anonymats
un lieu de résignation pour apprendre la patience
un lieu de victoire et de défi
un lieu de partage tous azimuts
un lieu inspiré par des passions maladives
et la raison
ou la curiosité


c’est un lieu qu’on n’a pas inventé
qui s’est construit au hasard des paroles
des colères
et des contestations
un lieu fait de mots
qui deviennent des phrases
des histoires et des personnages
et une communauté
dont les rangs se resserrent
c’est un lieu qu’on n’oublie pas
dont la porte est ouverte
la même porte par laquelle on entre
un jour plein de timidités
et par laquelle on sort
un peu déconcerté


c’est un lieu pour devenir courageux
pour chasser les peurs une à une
pour ne plus avoir honte
pour dominer l’humiliation
pour accepter l’imperfection
pour délivrer les rêves
pour faire quelques projets
pour quitter cette armure
cette machinerie folle
aux gestes avachis
et retrouver un corps
et une humanité


c’est un lieu prévu pour une transformation
et pour savourer quelques récompenses


c’est un lieu imparfait
parfois incorrigible
et qui ne remplace pas l’expérience matérielle


un lieu qu’il faut quitter en laissant aux plus jeunes
le soin de tout recommencer
Cepaduluxe
http://cepaduluxe.over-blog.com/

Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ? - 08/12/09

ENFIN DES INFORMATIONS CLAIRES :
http://www.atoute.org/n/article134.html
"Une page d’opinion de plus sur la vaccination antigrippale ? Non, une page d’information. Ce texte est la réponse à mes patients qui assiègent mon téléphone depuis quelques jours. Ces informations sont relayées par de nombreux médecins qui tentent d’éclairer leurs patients pour ce choix difficile."
Ceci vient à point compléter et préciser sur un plan médical les informations transmises plus haut dans l'article :"Les profiteurs de la peur", leurs conflits d'intérêts et leur business autour de la grippe A H1N1. Intégralité du documentaire ARTE "Un virus fait débat"

RSF : Calendrier 2010 aux couleurs de l'Inde - 6/12/2009

Soutenez l’action de Reporters sans frontières (RSF) pour la liberté de la presse en achetant le calendrier 2010 Les Couleurs de l’Inde, disponible depuis le 12 novembre en magasin. Pour mémoire, RST est la principale organisation internationale à promouvoir et défendre la liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde...
Reporters sans frontières vous invite à passer l’année 2010 sous les couleurs de l’Inde. Chaque mois, une magnifique photo illustre ces luxueux calendriers (format 30cm x30cm) à utiliser chez soi ou sur son lieu de travail.


Deux couvertures sont disponibles pour cette édition 2010 :


- Couverture n°1 : "Pigments de couleurs en Inde".
- Couverture n°2 : "Enfants jouant autour de rideaux rouges"


Eyedea, première source européenne d’images, ainsi que le photographe Xavier Zimbardo offrent à Reporters sans frontières 12 somptueux clichés pour défendre la liberté de la presse.


Pour chaque calendrier acheté, au prix de 12 euros (tarif conseillé), 6 euros seront reversés à l’association Reporters sans frontières.


Xavier Zimbardo est né en France le 12 mars 1955. Autodidacte, il apprend les bases de son métier au club photographique de Sarcelles, puis affine son regard en se promenant dans les musées, les galeries et au fil des livres d’art qu’il consulte. Il poursuit en même temps des études d’histoire et de géographie qu’il finance en travaillant à mi-temps, et commence à enseigner comme instituteur. En 1989, il abandonne l’enseignement pour se consacrer entièrement à la photographie. Ses reportages le conduisent autour du monde et ses images sont publiées dans de nombreux magazines. Xavier Zimbardo est représenté par l’agence Hoa-Qui puis l’agence Rapho depuis une quinzaine d’années.


Reporters sans frontières est la principale organisation internationale à promouvoir et défendre la liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde. Accepter de soutenir Reporters sans frontières en achetant un calendrier ou un album de photos, c’est lutter concrètement pour faire reculer la censure et permettre à l’organisation de mener ses actions.
Plus de 170 journalistes sont aujourd’hui emprisonnés dans le monde.


Pour commander l’un des deux calendriers :


* 1. Envoyer un e-mail à publications@rsf.org


* 2. Indiquez vos coordonnées et le nombre d’exemplaires souhaités.


* 3. Nous vous communiquerons alors le montant de votre commande, port inclus.


* 4. Effectuez le règlement par chèque bancaire ou postal français à l’ordre de Reporters sans frontières.


* 5. Vous recevrez votre commande dans un délai de 3 semaines environ.


Vous pouvez également vous procurer les calendriers en vous rendant au Secrétariat International de Reporters sans frontières, 47 rue Vivienne 75002 Paris. Du lundi au vendredi, de 9h à 13h et de 14h à 18h.
http://www.indeaparis.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1836&Itemid=1

Pourquoi le monde gaspille autant de nourriture - 09/12/09

Si autant d'intervenants s'intéressent aux moyens d'accroître la production, et aussi peu à la réduction du gaspillage, c'est aussi parce que ce dernier représente un marché nettement moins attractif.
Et si, au lieu de chercher à augmenter la production agricole pour nourrir le monde, les hommes commençaient par cesser de gaspiller la nourriture ? Chaque année, 40 % de l'alimentation disponible aux Etats-Unis est jetée. Ce gâchis entraîne la dilapidation d'un quart de l'eau douce consommée annuellement dans le pays (utilisée pour produire ces aliments) et de l'équivalent en énergie de 300 millions de barils de pétrole par an. Ces données confirment des estimations antérieures du gaspillage alimentaire dans les pays développés, évalué de 30 % à 40 % des denrées.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/12/11/nourriture-jetee-recoltes-perdues-enquete-sur-le-grand-gachis-alimentaire_1279206_3244.html

SITE D'HISTOIRE-GEO SUPER - 13.12.2009

SITE D'HISTOIRE-GEO SUPER : http://lhistgeobox.blogspot.com/2009/10/knaan-somalia.html
Pourquoi ce blog?
Ce blog, tenu par des professeurs de Lycée, a pour objectif de vous faire découvrir les programmes d'histoire et de géographie par la musique en proposant de courtes notices sur des chansons et morceaux dignes d'intérêt.


POUR ECOUTER http://www.mondomix.com/musiques-du-monde/fr/1234555.htm


C'est un mec bien :
Keynaan Cabdi Warsame est né en 1978 dans le quartier putôt tranquille de Wardhiigleey à Mogadiscio, la capitale somalienne. Son prénom signifie "voyageur". Sur son berceau, les muses se sont tôt penchées puisque son grand-père est poète, qu'une de ses tantes, Magool, est une chanteuse connue dans le pays. Il grandit pendant les années 1980 dans une relative insouciance. Mais la dégradation de la situation politique, au début des années 1990, fait de son quartier une "rivière de sang". La guerre devient son quotidien. Son père est déjà à New York comme chauffeur de taxi lorsque sa mère réussit à obtenir des visas pour sa famille, juste avant la fermeture de l'ambassade des Etats-Unis en Somalie. Kaynaan fuit donc son pays en 1991. La famille s'installe à Harlem puis ensuite à Toronto au Canada, dans la "Liitle Mogadiscio" du quartier de Dixon où vivent 25 000 Somaliens. Il apprend l'anglais et découvre le rap auquel il trouve des points communs avec la poésie orale somalienne qui l'a très tôt bercé. A Toronto, il fait partie d'un gang et tâte même de la prison pour violences et détention d'armes. Mais le hip-hop est pour lui une planche de salut.
En 1999, il est engagé par le HCR et participe à un spectacle. En utilisant le slam, il critique la politique de l'ONU en Somalie. Il est repéré par le chanteur sénégalais Yousssou N'Dour qui le fait participer à une tournée. De fil en aiguille, il en arrive à la production de son premier album qui le consacre "philosophe aux pieds-nus", The Dusty Foot Philosopher en 2005. L'album est un succès. Il récidive en 2009 avec Troubadour pour lequel il a travaillé avec les fils de Bob Marley, Damian et Steven. Par sa musique, il mêle le hip-hop et des sonorités peu communes parce qu'influencées par son enfance somalienne. Par ses paroles, il invite à la compréhension de la complexité du monde, en particulier de son pays d'origine, la Somalie. Un peu à contre-courant du sensationnalisme des médias et de la célébration des héros américains libérés des pirates, il invite alors régulièrement les sociétés occidentales à ne pas occulter les racines du mal qui conduisent des pêcheurs à devenir pirates. Il parle ainsi dans de nombreux entretiens des origines de la piraterie en Somalie. Pour lui, les pêcheurs, privés de leur poisson et voyant des bateaux jeter en mer des cargaisons de déchets toxiques, ont d'abord voulu se défendre. Il souhaite que, pour mettre fin à la piraterie la lutte contre la pauvreté devienne une priorité et pas seulement l'utilisation de la force. Dans sa chanson "Somalia" (comme dans beaucoup d'autres, voyez une sélection à la fin de cet article), il invite à cette réflexion en décrivant la dureté des conditions de survie des jeunes Somaliens.




« Wavin’ Flag » de K’naan sera l’hymne officiel de la coupe du monde de football 2010
ACTUALITE
02/12/2009
Le rappeur somalien K’naan vient de gagner un passeport pour le devant de la scène musicale mondiale, grâce au remix de sa chanson « Wavin’ flag ». Sélectionnée pour devenir le nouvel hymne officiel du prochain mondial de football, elle sera diffusée durant toute la compétition qui sera lancée en Juin 2010 en Afrique du Sud et devrait être suivie par plus d’un milliard de téléspectateurs.
K’naan est issu d’une longue lignée d’artistes somaliens- sa tante était l’une des chanteuses les plus populaires du pays et son grand père est un poète reconnu. Pour fuir la guerre civile, il immigre aux Etats Unis puis au Canada en 1991 et y découvre le hip hop et le rap de la côte Est. A la fin des années 90, K’naan commence à écrire sur son expérience d’exilé et à expérimenter des sons qui allient hip hop, soul et musique traditionnelle africaine, une signature que l’on découvre avec son premier album, « My life is a movie » (2004).

Vers un séisme fiscal mondial ? - 13.12.2009

Fraude: "Nous avons décrypté 130 000 noms"


Eric de Montgolfier, procureur de Nice, annonce que l'ordinateur de l'informaticien de HSBC contient "des noms du monde entier".


"Une affaire potentiellement énorme, la source a risqué sa vie", glisse un des enquêteurs qui a eu accès au dossier. Hervé, un informaticien de la filiale genevoise de la banque HSBC, vit désormais caché en France sous la protection des gendarmes. Dans son ordinateur portable, ils viennent de décoder des milliers de données bancaires secrètes. "Il ne s’agit pas d’un simple listing de noms, mais d’un système complexe comportant des clés de cryptage. Nous avons aujourd’hui 130 000 noms, explique au JDD Eric de Montgolfier, le procureur de la République de Nice, qui a lancé une enquête pour blanchiment. Il y a parmi eux trois mille Français, dont 600 dans les Alpes-Maritimes. Pour les autres, de très nombreux pays sont représentés, la Colombie ou l’Italie notamment…"
http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Fraude-Nous-avons-decrypte-130-000-noms-157781/
PAUVRES RICHES ;-)Merci Hervé ! Bonne chance et bon courage !

DERNIERES NOUVELLES DU FRONT des effrontés - 15/12/2009

DERNIERES NOUVELLES DU FRONT des effrontés :-) Les pauvres 'vivent très bien' en France... La taxe professionnelle... Le Verlan et les musulmans ... Trop drôles Sarkozy et sa bande !!! Ou bien sinistres ?
Disons, tristes drôles...
Selon le Robert :
Drôle [dYol] n. m. Homme méprisable.
C'est un drôle, un mauvais drôle, un coquin.
Ce drôle a déjà commis de nombreux méfaits.


"La taxe professionnelle qui n'existe... nulle part partout ... en Europe" :-)
Trop drôle c'est du Sarkozy pur jus !!!


Le discours de Sarkozy vu par le Petit Journal c'est tout de suite plus drôle! 14.12.2009


http://www.youtube.com/watch?v=gkOjupx3yY8&feature=player_embedded


Pas de pauvres en France d'après Balkany


Vidéo incroyable, à consommer sans modération ou le cynisme d'un élu qui méprise le peuple. Le maire de Levallois piégé en vidéo ! Pour Balkany : les pauvres 'vivent très bien' Piégé par les 'Yes ...
http://www.youtube.com/watch?v=0ZBYh7y8UDI



Hier soir, lors d’un débat sur la question, Nadine Morano a précisé ce qu’elle attendait du "jeune musulman" : qu’il ne parle pas verlan et qu’il ne porte pas sa casquette à l’envers.


Nadine Morano a-t-elle extrait la “substantifique moëlle”, comme dirait Rabelais, du débat sur l’identité nationale ? En tout cas, la secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité a livré le fond de sa pensée hier, lors d’un des nombreux débats organisés un peu partout en France.


A la question d’un jeune homme qui l’interrogeait sur la compatibilité de l’Islam avec la République, Nadine Morano a répondu : “Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c’est qu’il aime son pays, c’est qu’il trouve un travail, c’est qu’il ne parle pas le verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers”.


http://www.france-info.com/france-politique-2009-12-15-pour-nadine-morano-le-jeune-musulman-ne-doit-pas-parler-verlan-381305-9-10.html

A DECOUVRIR : L’Observatoire des sondages - 23/12/2009

Comment s’habitue-t-on aux sondages ?
A quel esprit malveillant viendrait-il l’idée de remarquer que le sondage assurant que 67 % des Français sont prêts à travailler le dimanche est produit par un institut qui appartient à la présidente du Medef et publié par l’hebdomadaire d’un grand patron d’industrie et de presse ?
Dans la gigantesque opération de décervelage qui s’organise pour motif d’économie et de rentabilité, l’autorité politique s’inquiète de la production des chiffres mais pas du sens. La fabrique des sujets rentables et obéissants est en marche.
http://observatoire-des-sondages.org/Comment-s-habitue-t-on-aux.html

Un dessinateur au sens critique percutant et à l'humour décapant ! - 23/12/2009

http://florian-roulies.info/spip.php?page=galerie

Haut de page