Contact

Citation

"Le grand Charles Baudelaire disait de Delacroix qu’il était un poète-peintre, comme on dit que Chopin était un musicien-poète ; j’ose affirmer, devant les planches de Zimbardo, qu’il est un photographe-poète, ou mieux encore un photographe-peintre proche de Delacroix et Matisse déjà cités plus haut, mais aussi des Expressionnistes Abstraits Américains tels que De Kooning ou Rothko. Même force de la couleur, même simplicité du propos, même volonté de l’impact sur le « regardeur »".
(LE MONDE REPEINT PAR LES YEUX)

Par : Michel BOHBOT, Expert en Art Contemporain, Historien de l’Art

Passion Couleur 03-2005
"Kristen mon Fils !"


"À toi mon ange d'amour,
de courage et de douceur,
mon fils loyal et droit.
Comme tous les enfants du monde,
tu m'as offert plus de leçons
que je n'ai de conseils à te rendre.


Maintenant tu es grand,
Petit homme…
Alors voici de l'or,
le seul qui vaille son pesant d'or :
le seul qui fasse garder le nord !


Si tu aimes la liberté,
il faudra savoir t'étendre sur la terre parfumée,
apprendre à la respirer,
y étreindre ta belle
en douceur et en profondeur,
et non pas te coucher devant les oppresseurs.


Si tu aimes la liberté,
il faudra savoir mettre un genou en terre
pour aider celui qui est tombé,
lui permettre de se relever,
mais ne jamais t'agenouiller devant l'arrogance
des grandes mais fausses puissances.


Si tu aimes la liberté,
il faudra savoir t'asseoir pour méditer,
et pas pour renoncer,
t'asseoir pour réfléchir
et non pas pour fléchir.


Si tu aimes la liberté,
il faudra savoir t'incliner
devant la beauté du monde
devant la splendeur des choses
devant la grandeur des êtres
devant le mystère du fini et de l'infini
mais refuser de baisser le front devant les contempteurs.


Si tu aimes la liberté,
il faudra demeurer quelqu'un de bien
et pas forcément te bien tenir,
que tu sois tel que tu dois être
et pas tel qu'on attend que tu sois.


Si tu aimes la liberté,
il faudra vouloir te dresser
et te redresser sans cesse
pour défendre de justes vérités
avec noblesse et dignité
mais ne jamais te tenir debout
au garde-à-vous
devant des lâches
ni jamais faire le beau
comme un chien apeuré.


Si tu aimes la liberté,
il faudra préserver des ailes à ta sagesse,
des sentiers fleuris à ta folie,
de la candeur en ton regard
jusqu'à ton dernier souffle de bonheur,
et surtout laisser passer ce qui ne sait rien
faire d'autre que
Passer.


En avant Route
à toi
et à ta descendance !"


Xavier Zimbardo

Haut de page